Source ID:333796; App Source:cedromItem

Ivan Grbovic et Kim Nguyen honorés aux RVCQ

Ali Ammar a accepté, au nom d'Ivan Grbovic,... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Ali Ammar a accepté, au nom d'Ivan Grbovic, le prix Gilles-Carle pour le film Roméo Onze par Chloé Sainte-Marie.

Photo: Robert Skinner, La Presse

Après la présentation samedi du film de clôture Le Météore de François Delisle et une «Nuit blanche» qui a joyeusement abîmé tout le monde, les 31es Rendez-vous du cinéma québécois ont conclu l'événement hier avec la remise de plusieurs prix, dont le Prix Gilles-Carle remis à Ivan Grbovic pour Roméo Onze et le prix Luc-Perreault/La Presse remis à Kim Nguyen pour Rebelle.

Au café de la Cinémathèque québécoise, la relève, la vision et la passion du cinéma d'ici ont été récompensés pour une 31e année de Rendez-vous du cinéma québécois.

En premier Ivan Grbovic, qui a touché le jury du prix Gilles-Carle récompensant un premier long métrage de fiction pour son film Roméo Onze, qui y a vu une «profonde maîtrise de la mise en scène qui donne à voir la complexité de l'être humain, pour l'excellence de son scénario, pour sa fin lumineuse et parce que c'est un film que nous avons envie de montrer à nos amis». Très ému par ce prix qu'il est allé chercher pour le cinéaste, l'acteur Ali Ammar, a tenu a remercier les Rendez-vous pour leur «chaleur», «parce que je pense que c'est ça, le Québec: la chaleur des gens».

L'Association québécoise des critiques de cinéma a choisi Rebelle de Kim Nguyen comme meilleur film québécois, qui s'est mérité le prix Luc-Perreault/La Presse, tandis que Frédérick Tremblay est reparti avec le premier prix du Concours PRIM-Spécial animation pour son court métrage Mme Renard. Dans cette catégorie, mentions spéciales à Corps étrangers de Nicolas Brault et Charles et les grenouilles de Dominic Étienne Simard.

Autres prix

Le prix Pierre-et-Yolande-Perreault, qui souligne la meilleure première ou deuxième oeuvre documentaire a été remis à Nadine Beauté pour Le cosaque et la gitane - «pour la fraîcheur d'un récit qui nous révèle par petites touches le destin des personnages dans toute leur précarité», avec mention spéciale à Thien Vu Dang pour La cité des âmes errantes. Le prix du public Télé-Québec, lui, a été remis à Lisa Sfriso pour le documentaire À contre-courant.

Le prix à la création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec a récompensé le travail de Julie Tremble pour son film Joseph Edmond. Le court métrage de fiction Faillir de Sophie Dupuis a reçu pour sa part le Prix Simplex, alors que le prix de l'innovation ONF a été attribué à Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy pour Anata O Korusu.

Le Prix Coop Vidéo, qui récompense un court métrage s'étant démarqué par la mise en scène, a été remis à François Jaros pour Daytona. Le Prix TV5 qui récompense une oeuvre franco-québécoise a distingué Une affaire de famille de Justin Guitard.

Enfin, les étudiants n'étaient pas en reste, puisque le Prix du journal Métro, qu'on remet à la meilleure oeuvre étudiante, a été remis à Meryam Joobeur pour Gods, Weeds and Revolutions, tandis que le prix LOJIQ/RVCQ, décerné au meilleur critique étudiant, a souligné le regard de Jean-François Ratelle pour sa critique Père Noël: Un Saint Nicolas underground.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer