Après Open Windows, voici un autre thriller cybernétique qui se déroule entièrement sur un écran d'ordinateur.

Mario Cloutier LA PRESSE

Même constatation, le procédé lasse après environ une heure. Le jeu des comédiens est ici en cause, soit trop ou pas assez appuyé.

Passé ce constat, toutefois, Cybernatural jouit d'un récit beaucoup mieux ficelé et mené qu'Open Windows.

Le sujet: la cyberintimidation menant au suicide. L'histoire dévoile peu à peu tous les mensonges, les secrets et les hypocrisies des intimidateurs contrôlés par un étranger qui cherche vengeance.

L'obscurité et les gros plans de visages y sont pour beaucoup dans ce suspense qu'on peut facilement relier au film phénomène de la fin des années 90, Blair Witch Project.

Le personnage principal se nomme d'ailleurs Blaire. Elle ne se perd pas dans la forêt ici, mais la jungle cybernétique recèle des terreurs tout à fait du même ordre.

______________________________________________________________________________

Cybernatural de Leo Gabriadze, États-Unis, 1 h 22.

Le vendredi 29 juillet, à 21 h 45 à la Salle J.A. de Sève.