Quatre productions québécoises se sont distinguées dans les trois catégories que réserve le Festival international du film de Toronto (TIFF) aux films canadiens dans son palmarès.

marc-andré lussier LA PRESSE

La disparition des lucioles, de Sébastien Pilote, a obtenu le prix du meilleur long métrage canadien. Mettant en vedette Karelle Tremblay, Pierre-Luc Brillant, François Papineau et Luc Picard, cette comédie dramatique relate le parcours d'une adolescente, Léo, qui, n'aimant pas la vie qu'elle mène dans son patelin, pose un regard très cynique sur les choses et les gens. Sa rencontre avec un musicien solitaire plus âgé, qui ne pose pas du tout le même regard sur le monde, sera cependant déterminante pour elle.

Venu expressément de Saguenay afin de chercher son prix, le cinéaste, à qui l'on doit notamment Le vendeur et Le démantèlement, a déclaré que cette récompense ne pouvait mieux tomber.

« C'est drôle, car, depuis le début de la tournée de promotion, je raconte que ce film n'a pas été conçu dans le but de recevoir des prix, mais plutôt avec une volonté d'atteindre le coeur des gens. Or, j'avoue qu'à la veille de la première montréalaise, et moins d'une semaine avant sa sortie en salles au Québec, ce prix m'aidera sans doute à atteindre cet objectif. »

Le même jury, formé de Mathieu Denis, Ali Özgentürk et Michelle Shephard, a aussi eu le mandat d'attribuer le prix du meilleur premier long métrage canadien. La cinéaste québécoise Katherine Jerkovic a eu droit à cet honneur, grâce à Les routes en février. Ce très beau film de fiction tourné en langue espagnole, librement inspiré du parcours de la réalisatrice, relate la quête d'une jeune Montréalaise qui retourne en Uruguay, son pays natal, après une longue absence pour y retrouver sa grand-mère paternelle.

« Je ne perds jamais de vue le privilège que j'ai de faire du cinéma », a-t-elle déclaré, en faisant ensuite référence aux millions de femmes qui vivent dans des conditions précaires dans le monde.

Brotherhood, une production québécoise réalisée par Meryam Joobeur en Tunisie, a remporté le prix du meilleur court métrage canadien, et Fauve, un film de Jeremy Comte, déjà primé dans de nombreux festivals (dont celui de Sundance), a eu droit à une mention spéciale.  

Un lauréat surprise

Alors que A Star is Born figurait dans tous les pronostics pour décrocher le prix tant convoité du film le plus apprécié du public, voilà que la récompense a plutôt été attribuée à Green Book. Réalisé par Peter Farrelly, qui forme habituellement un tandem avec son frère Bobby, le film, mettant en vedette Viggo Mortensen et Mahershala Ali, évoque le parcours du pianiste de jazz Don Shirley et du chauffeur italo-américain qui a conduit ce dernier à ses concerts dans le sud des États-Unis au début des années 60.

La deuxième place est allée à If Beale Street Could Talk, de Barry Jenkins, et la troisième, à Roma, d'Alfonso Cuarón.