Pour tenter de conscientiser ses contemporains aux graves dangers menaçant la planète, Adam McKay a pris les grands moyens : l’humour et la satire. Pour son nouveau film, il a réuni une distribution de prestige dominée par Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence. Il a aussi remplacé la fonte des glaciers par une gigantesque comète…

Publié le 8 déc. 2021
Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Reconnu d’abord grâce à de franches comédies (Anchorman, Talladega Nights), Adam McKay s’est depuis tourné vers l’humour social (The Big Short) et politique (Vice). Animé par un sentiment d’urgence à propos du phénomène des changements climatiques, outré par la légèreté avec laquelle l’humanité fait face au problème, le cinéaste a imaginé ce qu’il adviendrait si, par exemple, des astronomes découvraient une comète large de neuf kilomètres qui se dirigerait tout droit vers la Terre. Si rien n’était fait, celle-ci aurait le potentiel de détruire la planète entière tellement l’impact serait grandiose. Bref, la fin du monde aurait lieu dans six mois.

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Cate Blanchett et Tyler Perry interprètent les coanimateurs d’une populaire émission de télévision matinale dans Don’t Look Up (Déni cosmique), un film d’Adam McKay.

« Au départ, j’avais l’intention d’en faire un vrai drame, mais là, à cause de tout ce qui s’est passé au cours des dernières années, avec la pandémie en plus, nous avons trop besoin de rire, a déclaré Adam McKay au cours d’une conférence de presse virtuelle à laquelle ont également participé plusieurs acteurs. C’est aussi un réflexe très humain d’utiliser l’humour, même au milieu des pires tragédies ! »

Incrédulité et mauvaise foi

Le récit est ainsi construit autour de l’incrédulité – et parfois la mauvaise foi – avec laquelle est accueillie une mauvaise nouvelle implacable, venue du fin fond du système solaire. Jennifer Lawrence incarne une brillante diplômée en astronomie, dont l’effroyable découverte est vite corroborée par son professeur émérite (Leonardo DiCaprio). Ni la présidente des États-Unis (Meryl Streep) ni le fils de cette dernière (Jonah Hill), nommé par népotisme chef de cabinet, pas plus que les coanimateurs hop la vie de l’émission de télé matinale la plus populaire (Cate Blanchett et Tyler Perry), ne prennent l’alerte des scientifiques au sérieux.

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence sont les têtes d’affiche de Don’t Look Up.

« La science a été très malmenée, a déclaré Leonardo DiCaprio. À travers cette histoire, Adam a réussi à illustrer à quel point la science est devenue un enjeu politique dans un monde où circulent des faits alternatifs. »

J’ai construit mon personnage en m’inspirant de tous les experts que j’ai rencontrés au cours des dernières années, spécialisés dans le domaine des changements climatiques, qui tentent de signaler l’urgence de la situation, mais qu’on relègue dans les dernières colonnes d’un journal.

Leonardo DiCaprio

« Il est tellement frustrant de voir des gens rejeter du revers de la main les conclusions de scientifiques qui consacrent leur vie entière à la recherche », ajoute Jennifer Lawrence.

Leonardo DiCaprio, dont la fibre environnementaliste est bien connue, dit apprécier en outre la façon dont Adam McKay a créé deux personnalités de scientifiques bien distinctes. La diplômée est plus militante et impétueuse, à la manière de Greta Thunberg, alors que le professeur tente de mieux mesurer son propos afin qu’il soit quand même audible à ceux qui ne veulent pas l’entendre.

« J’aime surtout la façon avec laquelle Adam montre comment la vérité a du mal à se faire valoir et comment elle se retrouve souvent détournée au profit d’une idéologie, souligne l’acteur. J’estime qu’en cette époque très particulière, ce film est très important. »

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Dans Don’t Look Up, Meryl Streep incarne une présidente des États-Unis qui nie les conclusions de la science.

En dépit de son sujet grave, plusieurs gags ponctuent ce long métrage dont le titre évoque un slogan qu’empruntent les partisans de la présidente des États-Unis. Climatosceptique et peu encline à suivre les conclusions de la science, cette dernière enjoint à ses ouailles de regarder le sol plutôt que le ciel, histoire de ne pas céder aux histoires de peur que racontent les obsédés de la comète. Toute ressemblance avec des politiciens existants est évidemment fortuite et relève d’une pure coïncidence.

« Je ne me suis pas inspiré de quelqu’un en particulier pour composer mon personnage parce qu’on trouve aujourd’hui dans l’espace public tellement de gens mettant de l’avant des idées absurdes, a confié Meryl Streep. Cela dit, rejoindre le service public est tellement exigeant qu’on s’étonne de voir des gens de qualité s’y consacrer. Heureusement qu’il y en a, parce qu’on a besoin d’eux plus que jamais ! »

Un esclandre percutant

Le personnage du professeur qu’incarne Leonardo DiCaprio étant au départ d’une nature plus calme, l’esclandre désespéré qu’il fait en direct à la télévision afin que son message passe enfin auprès de ses contemporains n’en devient que plus percutant. L’acteur y met une telle intensité que cette séquence prend assurément une valeur cathartique, autant pour lui que pour tous ceux qui restent fidèles à la science.

« On a dû retravailler ce discours une cinquantaine de fois, précise celui que nous n’avions pas vu sur un écran de cinéma depuis Once Upon a Time in Hollywood, de Quentin Tarantino. J’ai essayé de verbaliser la frustration du milieu scientifique, dont on ne tient pas compte des alertes alors que tout s’effondre. C’était comme enlever le costume du professionnel policé pour aller directement à la vérité la plus crue. »

Leonardo Dicaprio est d’autant plus fier de ce film qu’il cherchait depuis longtemps un projet où ce genre de sujet serait abordé.

« C’est le genre de sujet où l’on se demande quelle différence on peut faire sur le plan individuel et comment on peut contribuer à la cause, indique-t-il. Je crois qu’avec ce scénario, Adam [McKay] a trouvé la combinaison du coffre-fort et a trouvé la manière parfaite pour en parler. Il y va de la survie de la planète. Ce sujet devrait meubler nos conversations régulièrement. Il faut un artiste de la trempe d’Adam pour nous en faire prendre conscience. C’est un honneur pour moi de faire partie de ce film. »

Don’t Look Up (Déni cosmique en version française) prendra l’affiche en salle le 10 décembre et sera offert sur Netflix le 24 décembre.