Après avoir tourné sept longs métrages en Hongrie, parmi lesquels le très puissant White God, Kornél Mundruczó lance maintenant son premier opus anglophone en arpentant un terrain très intime.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Contrairement au film qui l’a imposé sur la scène internationale en 2014, métaphore politique qui lui avait alors valu le prix Un certain regard au Festival de Cannes, Pieces of a Woman est directement inspiré d’un épisode douloureux que la scénariste, Kata Wéber, et le cinéaste ont traversé en tant que couple.

Vanessa Kirby, connue surtout pour avoir incarné la jeune princesse Margaret dans la série The Crown, interprète ici Martha, une femme devant donner naissance à son premier enfant. Tout est prêt. La petite réception saluant son départ pour le congé de maternité a même eu lieu. Sean, le conjoint (excellent Shia LaBeouf), contremaître sur le chantier de construction d’un nouveau pont, est fier comme un paon et se réjouit à l’idée de devenir père. Il a même fait encadrer les photos de l’échographie et les accroche au mur de la chambre du bébé. Bref, l’arrivée imminente de cet enfant cimente visiblement les liens du couple.

Puis, arrive ce plan séquence vertigineux, d’une durée de 23 minutes, véritable morceau de bravoure qui laisse le spectateur sans voix et sans souffle. Martha et Sean ayant fait le choix d’un accouchement à domicile, ils préviennent d’abord la sage-femme au moment où les contractions surviennent toutes les six minutes. Or, cette sage-femme, Barbara, avec qui ils ont suivi toutes les étapes de la grossesse, est déjà affairée ailleurs, auprès d’une autre mère qui est en train d’accoucher. Une remplaçante, Eva (Molly Parker, parfaite), est dépêchée, et la confiance est de mise. La tension monte quand même d’un cran, même si tout semble se dérouler normalement jusque-là. Ou presque.

Quand le générique apparaît, au bout de ce prologue exténuant pendant lequel une caméra fébrile s’est déplacée nerveusement d’un personnage à l’autre (magnifique travail de Benjamin Loeb), un drame a eu lieu. Rien ne peut l’expliquer, mais on cherchera néanmoins une raison.

Plusieurs moments forts

S’étalant sur sept mois, le récit de Pieces of a Woman est divisé en trois parties bien distinctes. Il y a d’abord l’accouchement, rarement évoqué de cette façon au cinéma. Vient ensuite l’épisode au cours duquel on mesure les conséquences du drame chez chacun des personnages, à commencer par Martha, dont la colère intérieure provoque une apparente froideur et une distance avec les proches, y compris Sean. C’est aussi dans cette partie que se révèle la nature des liens qui unissent — ou séparent — Martha et sa mère Elizabeth (formidable Ellen Burstyn). Cette dernière tient d’ailleurs mordicus à ce qu’Eva, la sage-femme, soit poursuivie en justice. Le dernier acte du film est consacré au procès.

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Vanessa Kirby dans Pieces of a Woman, un film de Kornél Mundruczó

Le prologue est tellement puissant que le reste, forcément, en pâtit un peu, surtout dans la partie judiciaire, plus convenue. Cela dit, tout ce qui survient après l’accouchement est aussi ponctué de plusieurs moments forts, notamment dans cette confrontation entre Martha et sa mère, née, on l’apprendra, en Europe de l’Est pendant la guerre. Même si sa performance dans le premier acte est très spectaculaire, celle que livre Vanessa Kirby après le générique d’ouverture, alors que Martha est submergée de sentiments ambigus, est tout aussi remarquable. La qualité d’ensemble d’une distribution de haut vol, dans laquelle on compte aussi Iliza Shlesinger, Sarah Snook et Benny Safdie, élève aussi un récit qui aurait parfois pu sombrer dans les excès dramatiques.

AFFICHE FOURNIE PAR NETFLIX

Pieces of a Woman, de Kornél Mundruczó

Bien que l’intrigue soit située à Boston, cette coproduction américano-canadienne a entièrement été tournée à Montréal et à Outremont. À la Mostra de Venise, ce film de Kornél Mundruczó, pour lequel Kata Wéber est aussi créditée au générique, a valu à Vanessa Kirby la Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine.

Pieces of a Woman (Renaître en version française) est offert sur Netflix.

★★★½

Pieces of a Woman. Drame de Kornél Mundruczó. Avec Vanessa Kirby, Shia LaBeouf, Ellen Burstyn. 2 h 06.