Plus de 40 ans après le désastre du tournage de sa comédie de pirates Ghost in the Noonday Sun, le réalisateur Peter Medak revient sur tout ce qui n’a pas fonctionné. À commencer par le comportement erratique de l’acteur britannique Peter Sellers.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Il y a de ces projets de film qui, pour mille et une raisons rassemblées en une tempête parfaite, foirent lamentablement. Parlez-en à Richard Stanley, congédié trois semaines après le début du tournage de L’île du docteur Moreau ou la tentative ratée d’Alejandro Jodorowsky d’adapter le roman Dune au grand écran.

Dans la même catégorie, le tournage de Ghost in the Noonday Sun en 1973 non seulement s’est mal passé, mais en plus a largement dépassé le budget. Le résultat fut jugé si mauvais par Columbia Pictures que le film est sorti seulement en 1985 en VHS.

Après ce ratage, le réalisateur Peter Medak revisite ce qu’il qualifie lui-même de « pire désastre de [sa] vie ». On pourrait lui conseiller de lâcher prise comme le font quelques intervenants dans le film. Ou l’accuser de régler ses comptes avec Peter Sellers, mort en 1980. Ce n’est pas ce que nous avons ressenti.

Le film nous est plutôt paru comme un honnête regard en arrière, avec un mélange de moments dramatiques, nostalgiques et même drôles. Le passage où Medak raconte comment la production a fait une pause de quelques jours pour tourner une publicité de cigarettes est particulièrement hilarant.

Cela dit, Peter Sellers ne sort pas grandi de ce documentaire où l’on insiste beaucoup sur ses frasques, ses retards, ses refus. Il a même fallu tourner des scènes séparées avec l’acteur américain Anthony Franciosa à qui Sellers ne voulait plus adresser la parole.

PHOTO FOURNIE PAR VEGAS MEDIA

The Ghost of Peter Sellers

On conviendra que Sellers n’est pas là pour se défendre. Mais sa fille Victoria reconnaît à la caméra qu’il était toujours dans l’excès.

Les explications de Medak pour justifier ce retour en arrière sont alambiquées et insatisfaisantes. Il reste que sa carrière s’est poursuivie. Et son film est intéressant.

The Ghost of Peter Sellers est proposé sur la plateforme du Cinéma du Parc.

★★★

The Ghost of Peter Sellers, un documentaire de Peter Medak, avec Peter Medak, Joe Dunne et Simon van der Borgh. 1 h 33.