L’été 1976 représente un tournant pour Gus, 13 ans. Une terrible sécheresse menace la ferme de ses parents et l’arrivée d’une jeune femme risque de faire éclater le noyau familial. Il lui faut quitter le monde de l’enfance et faire face à un monde en changement.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Le film est une adaptation d’un roman de l’écrivain suisse Roland Buti qui avait été considéré pour le prix Médicis en 2013. Il dépeint un monde qui s’écroule, celui de Gus (Luc Bruchez), qui voit la ferme familiale menacée par une dure sécheresse. Le garçon de 13 ans assiste également aux déchirements que vivent ses parents lorsque sa mère, Nicole, tombe amoureuse d’une autre femme.

Le jeune Luc Bruchez porte tout le film sur ses frêles épaules. Et il le fait de superbe façon. L’incompréhension, la colère, le désespoir se succèdent dans ses grands yeux expressifs. Laetitia Casta et Thibaut Evrard sont également très solides dans le rôle des parents de Gus.

IMAGE FOURNIE PAR OUTSIDE THE BOX

Le milieu de l’horizon

Les images, tournées en 35 millimètres, nous ramènent directement dans les années 70 et traduisent bien la lourde atmosphère de cet été étouffant.

Le scénario n’est pas d’une grande originalité : ce n’est pas la première fois qu’on relate l’histoire d’un jeune garçon qui doit mûrir rapidement face à des événements difficiles. C’est toutefois le contexte, un milieu rural en crise, et le jeu des acteurs qui font la différence.

★★★

Le milieu de l’horizon. Un drame de Delphine Lehericey. 92 minutes.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2019/le-milieu-de-l-horizon