Chaque année, le prêtre d’une petite ville de Macédoine lance une croix dans la rivière. Les hommes se précipitent à l’eau pour tenter de l’attraper afin de s’assurer une année de bonheur et de prospérité. Sur un coup de tête, une jeune femme, Petrunya, plonge et parvient à saisir la croix.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

La réalisatrice Teona Strugar Mitevska crée deux superbes personnages de femmes dans cette fable qui oppose la tradition à la modernité.

Petrunya, une chômeuse de 32 ans, vivote sans but. Tout cela change lorsqu’elle s’empare d’une croix que, dans le cadre d’un rite annuel, le prêtre de la paroisse lance dans la rivière. Or, traditionnellement, seuls les hommes ont le droit de se jeter à l’eau pour récupérer le précieux objet.

Malgré les pressions, Petrunya refuse de remettre la croix. Peu à peu, cet acte de résistance lui permet de prendre conscience de sa force intérieure.

Parallèlement, Slavica, une journaliste télé qui semble d’abord superficielle, comprend peu à peu les véritables enjeux de ce qui est au départ un simple fait divers.

IMAGE FOURNIE PAR AZ FILMS

Dieu existe, son nom est Petrunya

C’est un plaisir d’assister à cette transformation. Zorica Nusheva et Labina Mitevska sont tout simplement parfaites dans ces rôles qui s’annonçaient un peu caricaturaux.

La caméra rend bien l’atmosphère d’une Macédoine appauvrie, bien loin des cartes postales, alors que les dialogues se font parfois violents, parfois tendres, parfois philosophiques, parfois humoristiques.

★★★½

Dieu existe, son nom est Petrunya. Une comédie dramatique de Teona Strugar Mitevska. Avec Zorica Nusheva et Labina Mitevska. 100 minutes. Version originale avec sous-titres français.

Consultez l'horaire du film