Pipe Dreams suit le parcours de cinq jeunes musiciens originaires d’Allemagne, de Nouvelle-Zélande, de Chine et des États-Unis lors de leur participation au Concours international d’orgue de Montréal de 2017.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Il n’est pas nécessaire d’aimer, ou même simplement de connaître l’orgue pour apprécier Pipe Dreams. Il suffit d’aimer la compétition.

Les spectateurs finissent par s’attacher à ces jeunes musiciens qui admettent eux-mêmes qu’être organiste, ça ne semble pas très cool a priori.

Pour eux, l’enjeu est énorme : gagner une telle compétition peut permettre de lancer une carrière. Le suspense s’intensifie jusqu’à la ronde finale de la compétition.

IMAGE FOURNIE PAR NORTHERN BANNER RELEASING

Pipe Dreams

En chemin, quelque chose d’inattendu se développe : les spectateurs qui ignoraient tout de l’orgue commencent à percevoir les subtiles différences entre une belle maîtrise de l’instrument et une interprétation inspirée. À la toute fin, ils se font leur propre idée sur qui devrait remporter le premier prix.

Mine de rien, la réalisatrice Stacey Tenenbaum réussit à faire aimer l’orgue, ce qui n’était pas gagné d’avance.

De son côté, le directeur de la photographie Pierre-Etienne Bordeleau capte merveilleusement bien le jeu physique et la tension intérieure des jeunes musiciens et la majesté des grandes orgues d’églises vénérables comme celui de la basilique Notre-Dame de Montréal.

★★★

Pipe Dreams (Version originale avec sous-titres français : Jeux d’orgue). Documentaire de Stacey Tenenbaum. 1 h 18.

> Consultez l’horaire du film : https://ouvoir.ca/2019/pipe-dreams