L'histoire : En Inde, une jeune femme quitte son village pour aller vivre à Bombay, où elle se retrouve domestique auprès d’un jeune homme de classe aisée. Or, ce dernier semble avoir mis une croix sur ses rêves après une rupture amoureuse.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Lancé l’an dernier à la Semaine de la critique du Festival de Cannes, ce premier long métrage révèle le talent d’une cinéaste dont l’approche subtile et délicate fait merveille ici. Pour écrire Sir, Rohena Gera s’est inspirée d’un souvenir d’enfance, alors que sa nourrice, qu’elle considérait comme faisant partie de sa famille, était, en fait, exclue de celle-ci.

IMAGE FOURNIE PAR EYESTEELFILM

Sir

La réalisatrice propose un portrait vibrant de l’Inde d’aujourd’hui, encore psychologiquement assujettie au système des castes, sans manichéisme ni colère, à travers la relation sensible qui se développe entre des êtres issus de mondes complètement différents. Tillotama Shome est remarquable dans le rôle de cette jeune femme, devenue veuve à 19 ans, à qui sa famille a donné l’autorisation de quitter son village natal, uniquement parce que son départ fait en sorte de soustraire une bouche à nourrir.

Rohena Gera met délicatement en opposition la force tranquille de cette femme et le spleen existentiel de celui qu’elle appelle toujours « Monsieur ». Sa mise en scène est orchestrée de telle sorte que les barrières sociales séparant les protagonistes, bien réelles, sont discrètement évoquées. Un bien beau film.

Sir est à l'affiche en version originale avec sous-titres anglais.

★★★1/2

Sir. Drame de Rohena Gera. Avec Tillotama Shome, Vivek Gomber, Geetanjali Kulkarni. 1 h 39

Consultez l'horaire du film