Le cinéaste Xavier Dolan a accueilli avec émotion ce matin l'octroi du Prix collégial du cinéma québécois pour son film Laurence Anyways.

André Duchesne LA PRESSE

Le jeune cinéaste a entre autres souligné à quel point le jeune public tient une place importante dans son coeur.

«Dans la vie d'un réalisateur québécois, il vient un moment très tôt dans une carrière, avant même que ce ne soit une carrière d'ailleurs, où l'on constate que l'on aura des alliés et aussi des ennemis. Les antagonistes dans cette équation sont les critiques, ce qui est normal, et parfois même les collègues. Mais s'il y a bien une, ne serait qu'une portion du public de la société qu'on souhaite avoir de son côté, c'est bien vous. C'est bien la jeunesse», a lancé le cinéaste devant une centaine de personnes réunies à la microbrasserie Le cheval blanc de la rue Ontario Est.

Dolan a enchaîné en disant se sentir très près des étudiants avec qui il partage bien des choses. «Pour moi, vous êtes mes camarades, mes semblables. Nous avons le même âge, probablement les mêmes préoccupations, les mêmes désirs, les mêmes griefs envers le Québec et le monde, a-t-il lancé. De savoir aujourd'hui que vous m'acceptez dans votre cercle, que vous aimez peut-être ce que je fais et ce que je dis est un privilège bien supérieur à ce que toute l'industrie peut prévoir pou un réalisateur. Alors, merci de votre prix, de votre intérêt, de votre discussion. Merci d'avoir pensé que Laurence Anyways valait votre temps et votre attention.»

Son discours a été reçu avec beaucoup d'applaudissements. Par la suite, les jeunes participants ont été nombreux à aller le saluer. M. Dolan était visiblement ravi de les rencontrer.

La remise de ce prix, qui en est à sa seconde édition, fait suite aux débats orchestrés entre quelque 400 cinéphiles de 30 cégeps à travers la province. Outre Laurence Anyways, les films Camion de Rafaël Ouellet, Rebelle de Kim Nguyen, Roméo Onze d'Ivan Grbovic, ainsi que le documentaire Over My Dead Body de Brigitte Poupart étaient finalistes.

Échafaudé par des professeurs de cégeps en cinéma, le but derrière ce projet est bien entendu d'inciter les jeunes étudiants à aller voir plus de cinéma québécois. C'est aussi pourquoi l'attribution du prix a été précédée d'une discussion ouverte sur le thème «De quoi est fait le cinéma que l'on aime».

Animée par la comédienne et cinéaste Micheline Lanctôt, marraine de l'événement, la discussion réunissait le cinéaste Stéphane Lafleur dont le film En terrains connus avait reçu le premier Prix collégial l'an dernier, la productrice Kim McCraw de micro_scope et la journaliste et critique de cinéma Manon Dumais de l'hebdomadaire culturel Voir.

Dans son discours de remerciements, Micheline Lanctôt a dit souhaiter qu'un millier de cégépiens participent à la troisième édition de l'événement l'an prochain.