Dans un impair qui passera à l'histoire, le long métrage Moonlight de Barry Jenkins a remporté l'Oscar du meilleur film alors que les présentateurs Warren Beatty et Faye Dunaway avaient au préalable annoncé que le trophée revenait à La La Land de Damien Chazelle.

André Duchesne LA PRESSE

L'erreur a créé un embarras monstre sur la scène du Dolby Theatre de West Hollywood où ce sont les producteurs de La La Land qui, en plein milieu de leurs discours, ont soudainement annoncé qu'il y avait eu une immense méprise.

Embarrassé, Warren Beatty a expliqué avoir eu une seconde d'hésitation après avoir vu le nom de Emma Stone, qui venait effectivement de remporter le prix de la meilleure actrice pour La La Land, sur le carton entre ses mains.

La soirée s'est donc terminée avec des discours plutôt échevelés et un animateur, Jimmy Kimmel, qui tentait de dérider tout le monde en se disant responsable et qu'il ne reviendrait plus jamais.

Cela dit, Moonlight a remporté les prix de meilleur film, meilleur acteur de soutien (Mahershala Ali) et meilleur scénario adapté.

Déjà récipiendaire de nombreux prix, dont le Golden Globe du meilleur film dramatique, l'oeuvre  de Barry Jenkins raconte trois périodes dans la vie de Chiron, un jeune Noir de Miami qui tente de vivre son homosexualité dans un environnement dur et sans pitié.

La La Land a néanmoins dominé la soirée avec six prix sur 14 nominations. Parmi ceux-ci, le trophée de la meilleure réalisation est allé à Damien Chazelle qui, à 32 ans, devient le plus jeune cinéaste a remporter cette statuette.

À travers l'histoire de deux jeunes artistes, une comédienne et un pianiste, qui tentent de percer dans leur domaine, La La Land se veut une lettre d'amour à l'endroit d'Hollywood.

Les autres prix de La La Land sont : meilleure actrice (Emma Stone), meilleure direction de la photographie, meilleure direction artistique, meilleure musique originale et meilleure chanson (City of Stars).

Dans ses remerciements, Damien Chazelle a salué ses pairs, incluant le Québécois Denis Villeneuve, dont le film Arrival est reparti avec un trophée (meilleure montage sonore) sur huit nominations.

«Gagner ce trophée est imputable à un croisement de chance et de grande opportunité, a pour sa part dit Emma Stone. J'ai encore beaucoup de choses à apprendre dans mon métier et cet homme (dit-elle en tenant son Oscar) est le symbole de la route que j'ai encore à accomplir.»

Le drame psychologique Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan a par ailleurs remporté deux prix importants, soit meilleur acteur (Casey Affleck) et meilleur scénario original.

Arrival

En tout, sept Québécois se trouvaient en lice ce soir pour l'obtention d'un Oscar. Du lot, Sylvain Bellemare est reparti avec l'Oscar du meilleur montage sonore.

Très souriant, l'homme n'a pas manqué de parler en français et de saluer la métropole québécoise dans ses remerciements.

«Salut Montréal! Merci Denis Villeneuve! Où es-tu? [Il le cherchait dans la salle] Je t'aime. All we need is love», a-t-il lancé, sa précieuse statuette en mains.

Dans le passé, Sylvain Bellemare a entre autres travaillé sur les films Incendies (de Denis Villeneuve), C'est pas moi je le jure et Monsieur Lazhar (de Philippe Falardeau).

Oeuvre de science-fiction, Arrival propose une approche atypique d'un premier contact entre des humains et des créatures extra-terrestres.

Avec son oeuvre Vaysha l'aveugle, le Montréalais Theodore Ushev était finaliste dans la catégorie du meilleur court métrage d'animation. La palme est revenue à Piper d'Alan Barillaro et Marc Sondheimer. C'est par ailleurs Zootopia de Byron Howard, Rich Moore et Clark Spencer, qui a décroché l'Oscar du meilleur long métrage d'animation.

Le client gagnant

Le client de l'Iranien Asghar Farhadi a remporté l'Oscar du meilleur film étranger.

Cette attribution constitue une véritable gifle à l'administration de Donald Trump à la suite de l'adoption d'un décret interdisant aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane, dont l'Iran, d'entrer aux États-Unis.

Le cinéaste déjà oscarisé (Une séparation) a d'ailleurs refusé, par respect pour les habitants des sept pays concernés, de se rendre à Los Angeles pour participer à la soirée. «Diviser le monde entre eux et nous ne fait que créer de la peur, a-t-il écrit dans une texte lu devant les invités de la cérémonie. Le travail des cinéastes est justement de créer une empathie entre ces eux et ces nous, une empathie dont nous avons plus que jamais besoin.»

Il a d'ailleurs beaucoup été question de différence, de mixité et d'ouverture à l'autre au cours de la soirée. Plusieurs des présentateurs et des récipiendaires ont salué l'importance d'être inclusif dans toutes les sphères de la société.

AFP

Sylvain Bellemare

Oscars So White

Dès la remise des premiers prix de la soirée, on a senti que la controverse Oscars So White de l'an dernier était bel et bien chose du passé. Deux acteurs afro-américains, Mahershala Ali (Moonlight) et Viola Davis (Fences) ont remporté les trophées de meilleur acteur et meilleure actrice de soutien.

Mahershala Ali, 43 ans, est aussi devenu le premier musulman à remporter la prestigieuse statuette dorée. 

«Je veux remercier tous les professeurs que j'ai eu, a dit M. Ali, en allant chercher son trophée pour le meilleur acteur de soutien. Ils n'ont jamais cessé de me répéter combien je dois servir mes personnages.»

M. Ali a aussi remercié Barry Jenkins ainsi que tous les membres de la distribution. «Chacun d'entre vous aurait pu recevoir ce trophée», a lancé le nouveau père d'une fillette née il y a à peine quatre jours.

Par ailleurs, le film O.J. : Made in America, consacré à l'histoire de l'ancien joueur de football O.J. Simpson qui a eu maintes démêlées avec la justice, a remporté l'Oscar de meilleur documentaire.

En allant chercher son prix, le réalisateur Ezra Adelman a salué la mémoire de Nicole Brown et Ronald Goldman, dont le double assassinat a mené au procès de l'ancienne star des Bills de Buffalo. «Je tiens aussi à dédier ce trophée à toutes les victimes de brutalité policière», a dit M. Adelman sous les applaudissements.

Rappelons que le documentaire italien Fuocoammare, Ours d'or du meilleur film à la Berlinale de 2016, était en nomination dans cette catégorie. 

L'équipe du film de super-héros Suicide Squad a remporté l'Oscar des meilleures coiffures et maquillages alors que celle du film Fantastic Beasts and Where To Find Them a obtenu le trophée pour les meilleurs costumes.

Les films Lion, Hell or High Water, Hidden Figures, Jackie, Noctural Animals sont repartis les mains vides.

AFP

Mahershala Ali

Kimmel pourfend Trump

Jimmy Kimmel, qui anime sa première soirée des Oscars, n'a pas manqué d'écorcher le président Donald Trump dès son entrée en matière.

«Il y a maintenant 225 pays qui nous haïssent», a-t-il lancé à propos de la diffusion de la soirée dans le monde entier.

Kimmel s'est aussi payé la tête du président tout en faisant un lien avec la controverse Oscars So White de l'an dernier. «Merci au président Trump. Souvenez-vous, l'an dernier, comment la soirée avait été raciste. Cette année, les Noirs ont sauvé la NASA (une référence à Hidden Figures) et les Blancs ont sauvé le jazz (La La Land).

Saluant la comédienne française Isabelle Huppert, en nomination pour l'Oscar de la meilleure actrice (Elle), M. Kimmel lui a lancé: «Heureux que le Département de la sécurité intérieure vous ait laissée entrer».

Même genre de boutade à Meryl Streep à qui il a demandé de se lever pour «recevoir une salve d'applaudissement absolument non méritée», référence directe à un des nombreux tweets haineux du président Trump.

«Est-ce que votre robe est signée Ivanka», a-t-il par la suite enchaîné.

Plus sérieux, Kimmel a déclaré : «Comme Américain, si nous pouvions simplement avoir une conversation avec quelqu'un avec qui nous sommes en désaccord, nous pourrions rendre à l'Amérique sa grandeur.»

L'ouverture de la soirée s'est faite toute en musique, gracieuseté de Justin Timberlake et ses chorégraphes qui ont amorcé leur numéro dans le hall du Dolby Theatre de West Hollywood. C'est d'ailleurs Timblerlake qui a introduit Jimmy Kimmel.

AP

Jimmy Kimmel