Laurence Anyways domine la liste des mises en nomination et Rebelle semble avoir le vent dans les voiles. Mais au-delà des récompenses, cette 15e Soirée des Jutra remplira sa mission principale: célébrer l'excellence du cinéma d'ici.

MARC-ANDRÉ LUSSIER LA PRESSE

Le Jutra est aujourd'hui reconnu comme le symbole de l'excellence dans le domaine du cinéma québécois.

Il y a maintenant 15 ans, le producteur Roger Frappier et Michel Coulombe, alors directeur des Rendez-vous du cinéma québécois, ont eu l'idée de créer un gala voué à la célébration des meilleures oeuvres cinématographiques produites ici. Leur première ambition était de mettre ces oeuvres en valeur auprès du grand public. Même si les cotes d'écoute de la Soirée des Jutra ne sont pas toujours à la hauteur des émissions les plus populaires (la concurrence est vive à la télévision le dimanche soir), les fondateurs de cet événement - et leurs successeurs aussi - peuvent tout de même dire «mission accomplie».

Même si les films québécois ont davantage brillé à l'étranger qu'au box-office provincial en 2012, il reste que la notoriété de ces productions est acquise auprès du public québécois. Il y a d'ailleurs fort à parier que plusieurs d'entre elles ont été vues sur d'autres plateformes après leur carrière en salle. Dans un rapport publié récemment, l'Observatoire de la culture et des communications du Québec a révélé que les films québécois ont eu un auditoire de 1,2 million de spectateurs sur le territoire national, soit 6 % de parts de marché. C'est 5 % de moins qu'en 2011.

Forcément, les mises en nomination aux Jutra reflètent l'absence de films à vocation plus commerciale, très rares à avoir pris l'affiche l'an dernier. Par un concours de circonstances, l'équilibre entre les productions «populaires» et les films d'auteur, sur lequel repose la santé du cinéma québécois depuis plusieurs années, a été rompu. En 2012, la qualité s'est clairement rangée du côté des cinéastes mus par une démarche plus personnelle.

Rebelle en bonne position

Sur papier, Laurence Anyways est établi comme le favori grâce à ses 10 nominations, soit plus que toute autre production. Le film Rebelle, de Kim Nguyen, en lice aux Oscars et récent lauréat de 10 trophées Écrans canadiens, a pourtant de bonnes chances de coiffer au poteau le drame d'amour de Xavier Dolan, même s'il part dans la course avec une citation de moins.

Quatre longs métrages ont par ailleurs l'honneur d'être nommés dans les trois catégories les plus prestigieuses: film, réalisation et scénario. Outre Laurence Anyways et RebelleCamion de Rafaël Ouellet (sept nominations au total) etRoméo Onze d'Ivan Grbovic (cinq nominations) font partie de ce carré d'as.

Parmi les autres candidats de taille, il convient de souligner la belle performance de L'affaire Dumont, en lice dans huit catégories (Podz est sélectionné pour la réalisation); d'Inch Allah d'Anaïs Barbeau-Lavalette, nommé six fois (en lice pour le meilleur film), soit autant que Le torrent de Simon Lavoie. Ésimésac (Luc Picard) et Mars et Avril (Martin Villeneuve) suivent avec cinq citations chacun.

Dans les catégories d'interprétation, les votants auront des choix particulièrement difficiles à faire. Chez les actrices, Micheline Bernard (La mise à l'aveugle), Marilyn Castonguay (L'affaire Dumont), Suzanne Clément (Laurence Anyways), Rachel Mwanza (Rebelle) et Dominique Quesnel (Le torrent) pourraient toutes prétendre au trophée.

On peut en dire autant des acteurs: Ali Ammar (Roméo Onze), Gabriel Arcand (Karakara), Marc-André Grondin (L'affaire Dumont), Julien Poulin (Camion) et Victor Andrés Trelles Turgeon (Le torrent).

Des 32 longs métrages admissibles à la course cette année, 19 ont trouvé leur chemin vers le tableau d'honneur en recueillant au moins une sélection dans l'une ou l'autre des 15 catégories. Omertà, complètement absent du tableau, recevra de son côté le Billet d'or remis au film le plus populaire de l'année.

Quatorze ans après avoir animé la toute première Soirée des Jutra, Rémy Girard remet ça dimanche. L'acteur présentera cette soirée au cours de laquelle Michel Côté recevra notamment le Jutra-Hommage.

Radio-Canada diffuse le gala dimanche soir, en direct de la salle Pierre-Mercure, dès 19h30.





PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE