Les films Marguerite de Marianne Farley et Fauve de Jérémy Comte font partie des finalistes dans la catégorie des courts métrages de fiction en vue de la 91e édition du gala des Oscars qui aura lieu le 24 février prochain.

Mis à jour le 22 janv. 2019
ANDRÉ DUCHESNE LA PRESSE

«C'est extraordinaire ! Mon doux, Seigneur ! Mon doux, Seigneur !, s'est exclamé le distributeur des deux films, Jean-Christophe J. Lamontagne au cours d'un entretien téléphonique. Les mots me manquent. J'ai créé ma boîte de distribution il y a quatre ans, j'ai travaillé jour et nuit, souvent sans salaire, pour l'amour du cinéma. Et aujourd'hui, ce qui nous arrive est la plus belle récompense. Et je suis fier pour le cinéma québécois avec ces deux films en même temps dans une catégorie. C'est un moment historique.»

«Je suis sous le choc, nous a de son côté confié Marianne Farley, réalisatrice de Marguerite. C'est tellement fou ! Et Fauve qui est nommé aussi. Nous sommes tous rassemblés dans les locaux de h264 et nous vivons un très beau moment. Je n'arrive pas encore à y croire. Je crois que j'en aurai pour deux jours à décanter.»

Ces nominations signifient aussi le début d'une période intense de travail auprès des personnes influentes du milieu en vue de la soirée des Oscars. Le prochain rendez-vous importants sera le lunch des nommés qui aura lieu le 4  février à Los Angeles.

Dans la catégorie des courts métrages de fiction, Marguerite et Fauve seront finalistes avec les films DetainmentMother et Skin.

Mettant en vedette Béatrice Picard et Sandrine Bisson, Marguerite raconte l'histoire d'une dame âgée qui, au contact de Rachel, son infirmière soignante ouvertement homosexuelle, replonge dans son passé et fait la paix avec elle-même.

Dans un tout autre registre, Fauve est un drame rural dans lequel deux garçons, interprétés par Félix Grenier et Alexandre Perreault, se chamaillent et se lancent des défis dans le fond d'une carrière avec la nature pour seul témoin. Et, soudain, sans prévenir, leur vie bascule. Louise Bombardier joue aussi un personnage dans cette histoire.

«C'est tellement surréel, a déclaré le réalisateur Jérémy Comte. Fauve est né d'un rêve récurrent que j'avais quand j'étais petit et durant cette même période, mon désir de faire du cinéma s'est enraciné. J'ai l'impression que tout vient de faire un "full circle". Je suis profondément ému et fier de mon équipe qui a travaillé tellement fort ensemble pour en arriver jusque là.»

Marguerite a été produit par la maison Les films de l'Hydre alors que Fauve a été coproduit par Midi la nuit et Achromatic Media. Les deux films québécois sont distribués par la jeune maison h264.

Par ailleurs, le Canada sera aussi représenté à la soirée des Oscars avec le film Animal Behaviour (Zoothérapie) des cinéastes Alison Snowden et David Fine de Colombie-Britannique. Inscrit dans la catégorie des courts métrages d'animation, leur film, très hilarant, s'intéresse à une séance d'animaux en détresse chez un psy.

«C'est la quatrième fois que nous sommes nommés aux Oscars et c'est toujours aussi excitant, ont confié les deux réalisateurs joints à Vancouver. Nous avons eu l'idée de faire ce film en constatant que les animaux peuvent avoir des caractéristiques et vivent avec celles-ci. Alors que chez les humains, on est toujours en train d'essayer de changer.

Les deux réalisateurs ont remporté, il y a 24 ans, l'Oscar du meilleur court métrage de fiction avec L'anniversaire de Bob.

La réalisatrice torontoise Domee Shi, première femme à diriger un court métrage d'animation chez Pixar, est aussi finaliste avec son film Bao dont les personnages sont des... dumplings.