Les critiques de Claudette et Michel Dion à l’endroit du film Aline, librement inspiré du destin de notre fierté nationale, nous ont incités à poser à nos lecteurs cette question un brin provocatrice : « Les Québécois ont-ils l’épiderme trop sensible lorsque des étrangers portent un regard sur eux ? » De toute évidence, le sujet vous a interpellés. Voici quelques réponses triées parmi une centaine de commentaires.

Publié le 27 nov. 2021

Je pense qu’au contraire, les Québécois sont un des peuples les plus généreux et humbles en ce sens. Pouvez-vous imaginer un instant la réaction des Français si, comme un collègue réalisateur l’a suggéré, une production québécoise se lançait dans un biopic sur Johnny Hallyday avec un acteur québécois dans le rôle-titre ? Poser la question, c’est y répondre.

Alex Bisping

Peut-être que la famille de Céline a des arguments critiques sur le film, concernant la fidélité des traits des personnages, la propreté des lieux, nananana… Mais Céline Dion est une star internationale, et c’est de bon goût de rendre fantaisiste toute cette histoire de sa carrière déjà drôle, et même de caricaturer ! C’est ça que je m’attends à voir au cinéma. Et je m’attends à en rire ! Pas de victime comme le petit Jérémy Gabriel cette fois-ci, et pas de malaise pour rire de nous-mêmes.

Pierre de Beaumont

Oui, les Québécois ont l’épiderme trop sensible et n’acceptent ni les critiques ni l’ironie qu’on utilise à leur endroit en tant que peuple. Ça vient probablement de notre vieux complexe d’infériorité, de notre condition de colonisés et de notre sentiment de rejet, principalement de la France qui nous aurait laissés tomber. On ne supporte pas qu’on se moque de notre accent, pourtant pas très joli, on devrait le reconnaître… Et pourtant, les Français, de façon générale, adorent les Québécois et nous le montrent amplement. Quant à la famille Dion, après s’être donnée en spectacle pendant des générations, avoir bénéficié d’un amour inconditionnel (et toujours un peu surprenant) de la part des fans, nous avoir rebattu les oreilles avec la vie de “la petite fille de Charlemagne", la misère des premières années et la grande histoire d’amour de la princesse avec l’imprésario qui l’a mise au monde, qu’elle accepte aujourd’hui d’être l’objet d’un film qui semble avoir été réalisé avec beaucoup d’affection et de liberté artistique par Valérie Lemercier. Et surtout, qu’elle accepte qu’elle ne peut pas toujours tout contrôler, ni le message ni la façon de faire des observateurs. Et enfin, qu’elle reconnaisse que la famille entière a largement bénéficié du talent de René Angélil et de leur sœur et que la publicité, bonne ou mauvaise, vient avec la notoriété.

Suzanne Brochu

Je trouvais dès le départ que c’était délicat de faire ce film. L’accent de la comédienne m’agaçait, franchement. Je ne suis pas surprise de la réaction des gens. Je ne dirais pas qu’on a l’épiderme trop sensible, je dirais plutôt que s’attaquer à la plus GRANDE star du Québec, du monde entier, il faut le faire comme il faut ! […] Je crois que l’on s’attend à l’histoire véridique et non pas à une satire ! C’est décevant !

Sylvie Hunter

Présentement en France, je suis allée voir Aline avec des amis français. Ce que j’en retiens : une grande affection pour Céline, de l’admiration pour son cheminement, son travail acharné, ses qualités de mère aimante, avec des valeurs familiales solides. Je comprends que certains aspects puissent irriter les proches, mais il ne faudrait pas que cela cache l’extraordinaire parcours de l’artiste, son histoire d’amour et sa relation avec ses parents. C’est cela qu’on retient, pas les détails de noms ou d’anecdotes. En France, les membres de la famille Dion ne passent pas pour des Bougon, mais pour des gens aux valeurs d’entraide, d’humilité qui ne sont pas devenus de grosses têtes malgré le succès planétaire de Céline. C’est pour ces raisons que les Français aiment le film. En tant que Québécois, soyons heureux de son parcours et de l’immensité de son talent. Qu’on soit fan ou pas, on profite tous de sa reconnaissance mondiale bien méritée.

Nicole Poirier

Je pense que oui, nous avons la peau courte quand on croit qu’on abuse de quelqu’un qu’on aime. La famille de Céline a accusé l’instigatrice de ce film de se faire de la publicité sur le dos de Céline. Pourtant, ses frères et ses sœurs ont bien profité de la notoriété de leur cadette et ça semble normal à leurs yeux. Céline est une star attachante et je considère que ce film a été fait pour lui rendre hommage.

Louise Houle