Notre envoyé spécial sur la Croisette fait un compte rendu des dernières nouvelles du Festival de Cannes.

Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

Nanni Moretti et le grand écran

« Plus le temps passe, plus j’aime ce que je fais. La passion compte, mais elle ne suffit pas. J’aime travailler, porter attention aux détails. Et plus le temps passe, moins je suis capable d’expliquer pourquoi je fais certains choix », a affirmé Nanni Moretti quand il lui fut demandé pourquoi il avait choisi de porter à l’écran le roman de l’auteur israélien Eshkol Nevo, devenu Tre piani (Trois étages). « Ce roman parle de thèmes universels — la culpabilité, la justice, la responsabilité en tant que parent — et des conséquences qu’ont les actions que nous faisons », a-t-il ajouté. Par ailleurs, le cinéaste italien, lui-même propriétaire d’une salle de cinéma à Rome, a réitéré sa foi en la diffusion des films sur grand écran. « J’ai toujours dit : attendons la réouverture des salles. Je ne voulais même pas qu’on me parle des offres que feraient Netflix, Disney ou Amazon pour diffuser mon film sur une plateforme. Je ne veux même pas en entendre parler. Pour moi, il est indispensable de voir le cinéma en salle. J’ai toujours autant de plaisir à voir un film sur grand écran qu’il y a 40 ou 50 ans ! »

Tim Roth et l’île de Fårö

PHOTO CHRISTOPHE SIMON, AGENCE FRANCE-PRESSE

Tim Roth a posé pour les photographes avant de participer à la conférence de presse de l’équipe de Bergman Island, film de Mia Hansen-Løve sélectionné en compétition officielle.

Tête d’affiche de Bergman Island, film de Mia Hansen-Løve tourné à l’île de Fårö, Tim Roth a évoqué un tournage différent, du simple fait de l’endroit où il s’est déroulé. « Avant ce tournage, Ingmar Bergman était pour moi un réalisateur dont j’ai vu les œuvres quand j’ai commencé à être acteur. Je me souviens avoir vu ses films avec tout un groupe à Londres, et nous nous trouvions bien cool d’avoir accès à un cinéaste aussi brillant. Nous étions touchés par ses films. Les paysages, les performances d’acteurs, la cinématographie, les histoires elles-mêmes. Puis, j’ai avancé. Quand ce bizarre de projet s’est présenté, je l’ai trouvé magique. Car le récit a lieu aujourd’hui, mais il se déroule aussi dans le passé. L’aventure commence dès l’arrivée dans l’île de Fårö parce qu’on se sent tout de suite dans un endroit à part, très paisible. Pendant les six ou sept semaines qu’a duré le tournage, ce fut très agréable, car l’environnement était exceptionnel et apaisant. »

Ciel, mes bijoux !

PHOTO CHRISTOPHE SIMON, AGENCE FRANCE-PRESSE

Jodie Turner-Smith lors de la montée des marches précédant la projection d’After Yang, film de Kogonada présenté dans la section Un certain regard

L’actrice Jodie Turner-Smith a écrit sur Twitter qu’elle ne pensait jamais terminer son séjour à Cannes en passant plus de deux heures dans un commissariat. L’actrice britannique, venue soutenir sur la Croisette After Yang, film de Kogonada présenté à Un certain regard, a en effet été victime d’un vol. Des bijoux, valant des dizaines de milliers d’euros, selon le quotidien Nice-Matin, ont été dérobés dans sa chambre d’hôtel. L’opulente station balnéaire étant une capitale du luxe, les histoires de ce genre surviennent pratiquement chaque année.