Au terme de négociations de dernière heure avec les instances gouvernementales, l’Association des propriétaires de cinémas du Québec annonce que la majorité des salles rouvriront leurs portes le 26 février. Mais il n’y aura pas popcorn.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

D’ailleurs, les spectateurs devront porter le masque en tout temps durant leur passage au cinéma. Et cela inclut durant la projection.

Par contre, le gouvernement Legault a compris que d’autoriser la réouverture des salles tout en maintenant un couvre-feu en soirée privera les exploitants de revenus importants. Idem avec les comptoirs alimentaires. Et c’est sans oublier le maintien des règles de distanciation faisant en sorte que les cinémas ne peuvent être exploités à leur pleine capacité.

Pour compenser, la subvention québécoise de 15 000 $ par mois pour la compensation des frais fixes est donc prolongée jusqu’à ce que les comptoirs à bonbons rouvrent.

« Nous avons eu l’occasion d’échanger avec le gouvernement et ils ont bien compris qu’une ouverture avec toutes les contraintes avec lesquelles nous devons conjuguer nous plaçait dans une situation financière encore plus fragile, écrit l’Association dans un communiqué. Pour cette raison, il a apporté une modification à son programme d’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) qui nous permettra de continuer de recevoir ce soutien même si nous sommes ouverts. »

Rappelons que dans les derniers jours, les propriétaires de salles avaient signalé leur mécontentement face à la décision du gouvernement d’autoriser leur réouverture, mais en interdisant la vente d’aliments, dont le popcorn, dans les établissements.

En entrevue à La Presse, Éric Bouchard co-président de l’Association des propriétaires de cinémas du Québec, s’est dit heureux que les salles reprennent leurs activités, mais avertit que les discussions devront reprendre plus tard avec le gouvernement.

« Les prochains mois ne seront pas faciles pour notre milieu, comme pour plusieurs autres, mais nous sommes heureux du canal de communication que nous avons établi avec le gouvernement », a-t-il dit.

« L’heure est maintenant à préparer la réouverture des cinémas partout au Québec », se réjouit pour sa part le Comité de relance du cinéma au Québec, qui réunit les propriétaires de salles, les producteurs et les distributeurs.

On sait déjà que le film d’animation québécois Félix et le trésor de Morgäa constituera un des fers de lance, ou plutôt de la relance des salles. Ce film familial arrivera alors que les enfants quitteront l’école pour la semaine de relâche.

D’autres titres, tels La déesse des mouches à feu d’Anaïs Barbeau-Lavalette et De Gaulle de Gabriel Le Bomin reviendront à l’écran.

L’Association des propriétaires de cinémas du Québec représente près de 80 % des écrans et 85 % du box-office de la province.