(Toronto) Cineplex dit s’être entendu avec Universal pour raccourcir la période de sortie en salles exclusive des films du studio hollywoodien à aussi peu que 17 jours.

David Friend
La Presse Canadienne

Ce nouvel accord pluriannuel signifie que les films d’Universal Pictures et Focus Features seront désormais présentés dans les cinémas pendant trois week-ends avant que le studio puisse choisir de les rendre disponibles à domicile sur les plateformes de location numériques.

Cette décision survient alors que les cinémas font face à une pression intense de la part des studios pour raccourcir la fenêtre de sortie en salles de leurs films — une pression exacerbée par un important déclin de la fréquentation en pleine pandémie de COVID-19.

Selon les termes de l’entente avec Universal, les films pourront être diffusés pendant une période beaucoup plus courte, sous certaines conditions. Le studio affirme que les films qui engrangent plus de 50 millions au box-office nord-américain lors de leur premier week-end seront diffusés exclusivement pendant 31 jours, ou cinq week-ends, avant de pouvoir être offerts en location sur demande au prix de 19,99 $ ou plus.

Mais les films qui n’atteignent pas ce seuil pourraient être présentés dans les salles de Cineplex moins longtemps.

Cineplex détient son propre service de location numérique, Cineplex Store, qui obtiendrait une partie des revenus pour chaque location.

Les modalités financières de l’accord, qui porte aussi sur les films de la division d’Universal Focus Features, n’ont pas été divulguées.

Universal est derrière certaines des franchises les plus profitables de l’industrie, dont « Rapides et dangereux », « Minions » et « Parc jurassique ».

Plus tôt cette année, Universal a conclu une entente semblable avec la chaîne de cinémas américaine AMC Theatres, ce qui a envoyé une onde de choc dans l’industrie, les autres chaînes se retrouvant ainsi pressées de l’imiter. Cinemark, une autre chaîne américaine, s’est entendue sur une plus courte période d’exclusivité plus tôt cette semaine.

La torontoise Cineplex refuse depuis des années de présenter des films de la plupart des services de visionnement en continu, incluant Netflix, parce qu’ils refusaient de s’engager à respecter sa fenêtre de 90 jours d’exclusivité.

Ces films de Netflix rejetés comprennent « The Irishman » (« L’Irlandais » en version française) et « Uncut Gems », qui ont été présentés pendant plusieurs semaines dans les cinémas canadiens indépendants. La situation a offert à ces plus petites entreprises une rare occasion de pouvoir profiter du succès de nouveautés mettant en vedette des acteurs renommés.

Le partenariat entre Cineplex et Universal pourrait changer cela. Si les grandes chaînes commencent à accepter des films de Netflix et d’autres services de visionnement en continu dans leurs centres, les cinémas indépendants pourraient perdre leur accès à certains de ces films.