(Rome) Le monde du cinéma italien a protesté lundi contre la décision du chef du gouvernement Giuseppe Conte d’imposer une nouvelle fois la fermeture des salles de cinéma, mais aussi des théâtres et salles de concert.

Agence France-Presse

De nombreux metteurs en scène et associations cinématographiques ont ainsi adressé une lettre, diffusée dans les médias, adressée à M. Conte et au ministre de la Culture, Dario Franceschini, pour critiquer cette décision qui « risque de compromettre l’avenir de tout un secteur », selon eux.

« À un moment où nous travaillons avec difficulté pour parvenir à une reprise, obliger les cinémas à cesser de nouveau leur activité risque de compromettre sérieusement l’avenir de tout un secteur », ont écrit les signataires de cette lettre, dont les metteurs en scène Nanni Moretti, Pupi Avati, Paolo Virzí et Marco Bellocchio.

Les cinémas italiens avaient fermé une première fois début mars, lorsque la péninsule a été touchée de plein fouet par la première vague de l’épidémie de COVID-19. Les cinémas n’ont été autorisés à rouvrir leurs portes qu’un juin, avec obligation de respecter la distanciation sociale.

« Il est prouvé que […] grâce aux stricts protocoles sanitaires qui […] régissent les projections et les spectacles, les cinémas et les théâtres sont les lieux les plus sûrs, où aucun cas de contagion n’a été enregistré », ont assuré les signataires.

« Même sous les bombes, pendant la Seconde Guerre mondiale, le cinéma ne s’est pas arrêté, les gens ont continué à aller au cinéma », a rappelé le metteur en scène Marco Bellocchio, dans un entretien paru lundi sur le quotidien La Repubblica.

Le nouveau coronavirus a officiellement contaminé plus de 500 000 personnes, dont plus de 37 000 sont décédées.