(Sofia) L’intervention du célèbre acteur belge Jean-Claude Van Damme a permis d’éviter la mort certaine d’une chienne expédiée depuis la Bulgarie vers la Norvège avec un « faux passeport », s’est félicitée lundi une fondation de défense des animaux.

Agence France-Presse

« Elle s’appelle Raya et n’a pas pu être enregistrée à son arrivée à cause d’un faux passeport : la Norvège menaçait de l’euthanasier mardi si Sofia ne la reprenait pas », a expliqué à l’AFP Yavor Guetchev, de l’association Vier Pfoten (Quatre pattes).

Mais son acheteur norvégien a lancé une pétition en ligne qui a attiré l’attention de la vedette belge des films d’action.

« À l’occasion de mon anniversaire, je supplie l’autorité (bulgare, NDLR) : changez de décision […]. On ne peut pas tuer cette petite chihuahua », a lancé Jean-Claude Van Damme ce week-end dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.

Et la Bulgarie, qui invoquait les strictes règles sanitaires de l’Union européenne, interdisant l’entrée sur le territoire d’animaux vivants aux documents de voyage frauduleux, a alors fait une exception, acceptant le retour de Raya.

« Les autorités bulgares doivent être félicitées pour s’être montrées flexibles, mais elles doivent exercer un contrôle plus strict sur les élevages clandestins et les réseaux illégaux de commerce d’animaux », a commenté Yavor Guetchev.

De nombreux pays d’Europe centrale et orientale, comme la Slovaquie, la Hongrie ou la Bulgarie, se sont fait une spécialité de l’élevage de chiens de race, qui sont ensuite vendus en Europe de l’Ouest, un « business lucratif », selon M. Guetchev.

En Norvège, le prix d’achat d’un chihuahua est dix fois plus élevé qu’en Bulgarie où en parallèle du commerce international légal, les trafics sont nombreux et les dates de sevrage fréquemment trafiquées pour alimenter le marché en chiots plus jeunes.

Les mésaventures de Raya rappellent celles de la vache Penka, devenue célèbre après avoir passé par mégarde la frontière serbe en mai dernier. Ayant quitté l’Union européenne, elle risquait l’abattoir, mais s’en est sortie grâce à une campagne de solidarité à laquelle participait le chanteur britannique Paul McCartney.