Dans The Old Guard, un long métrage de Gina Prince-Bythewood (Love and Basketball), Matthias Schoenaerts donne la réplique à Charlize Theron. À l’occasion de la sortie, le 10 juillet, de ce film d’action sur Netflix, nous explorons le parcours de cet acteur belge plutôt discret qui, après avoir été révélé grâce à deux films marquants sortis coup sur coup en 2011, ne cesse plus de tourner, tant en Europe qu’aux États-Unis.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Bullhead (2011)

Michaël R. Roskam

PHOTO FOURNIE PAR CELLULOID DREAMS

Matthias Schoenaerts dans Bullhead, film de Michaël R. Roskam

Matthias Schoenaerts comptait déjà quelques années d’expérience quand ce film belge, cité aux Oscars dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère, l’a révélé au monde. Premier long métrage de Michaël R. Roskam (The Drop), Bullhead décrit le parcours d’un vacher spécialisé dans l’injection d’hormones pour ses bovins, qui fait l’objet d’une filature policière pour trafic illégal. Ce film très noir, tourné en flamand, se situe à la frontière du cinéma de gangsters et du drame psychologique. S’il impose d’emblée un style particulier, le film doit surtout sa puissance à la présence stupéfiante de l’acteur à l’écran.

Pour l’instant, Bullhead n’est pas encore offert sur les plateformes de diffusion en ligne. Il est offert en DVD (souvent en importation).

De rouille et d’os (2011)

Jacques Audiard

PHOTO : MÉTROPOLE FILMS

Matthias Schoenaerts et Marion Cotillard dans De rouille et d’os, film de Jacques Audiard

À peine quelques mois après la sortie de Bullhead, Matthias Schoenaerts a frappé un autre grand coup grâce à De rouille et d’os. Très librement inspiré d’un recueil de nouvelles de l’auteur canadien Craig Davidson, le récit met en outre l’accent sur un gaillard livrant un combat permanent pour assurer sa survie, quitte à participer à des combats extrêmes organisés de façon clandestine. Dans cette œuvre filmée au plus près de la peau, l’acteur livre une performance remarquable, tout comme Marion Cotillard, sa partenaire de jeu. Empruntant à la fois les accents d’un drame social, d’un film noir et d’un film d’amour, cet excellent long métrage de Jacques Audiard (Un prophète) reste parfaitement imprévisible, voire inclassable. Avec un style qui n’appartient qu’à lui, le chef de file du cinéma français offre une œuvre très puissante.

Sous son titre anglais (Rust and Bone), De rouille et d’os est offert sur Prime Video, iTunes, Google Play, YouTube et Boutique Cineplex. Aussi en Blu-ray/DVD.

Far From the Madding Crowd (2015)

Thomas Vinterberg

PHOTO FOURNIE PAR SEARCHLIGHT PICTURES

Carey Mulligan et Matthias Schoenaerts dans Far From the Madding Crowd, film de Thomas Vinterberg

Un acteur belge, dont la langue maternelle est le néerlandais, pour incarner un berger britannique dans un drame historique ? Pourquoi pas ! Matthias Schoenaerts est aussi à son aise dans la langue de Shakespeare — et dans celle de Molière — que dans celle de Vondel. Parfaitement trilingue depuis l’enfance, l’acteur n’a pas non plus de difficulté avec les accents. Le cinéaste danois Thomas Vinterberg (Festen, La chasse) a réalisé cette nouvelle adaptation du roman classique de Thomas Hardy, campé dans la région du Dorset au XIXsiècle. L’acteur incarne un berger, prétendant d’une jeune femme (Cary Mulligan) un peu trop « libre » en cette époque victorienne, qui compte rendre fonctionnelle la ferme abandonnée dont elle a hérité. Prototype même du film de « qualité anglaise », Far From the Madding Crowd est un drame sentimental de belle tenue, visuellement splendide.

Offert sur iTunes, Google Play, YouTube et Boutique Cineplex. Aussi en Blu-ray/DVD.

A Bigger Splash (2015)

Luca Guadagnino

PHOTO : SEARCHLIGHT PICTURES

Tilda Swinton, Dakota Johnson, Ralph Fiennes et Matthias Schoenaerts dans A Bigger Splash, film de Luca Guadagnino

Deux ans avant Call Me By Your Name, Luca Guadagnino s’est lancé dans ce projet de remake contemporain du film français La piscine, lequel a marqué les retrouvailles, en 1968, de Romy Schneider et Alain Delon. Tilda Swinton et Matthias Schoenaerts reprennent les personnages créés par les deux têtes d’affiche du film de Jacques Deray, alors que Ralph Fiennes et Dakota Johnson interprètent ceux qu’ont déjà joué Maurice Ronet et Jane Birkin. Campé dans le décor enchanteur de l’île de Pantelleria, le récit est construit autour d’un couple dont les vacances sont perturbées par l’arrivée inopinée d’un ami tonitruant et de la fille — inconnue de tous — de ce dernier. En plus de donner l’occasion au spectateur de s’évader dans un endroit d’une beauté à couper le souffle, A Bigger Splash distille aussi un solide suspense.

Offert sur Google Play, YouTube et Boutique Cineplex. Aussi en Blu-ray/DVD.

The Mustang (2019)

Laure de Clermont-Tonnerre

PHOTO : UNIVERSAL PICTURES CANADA

Matthias Schoenaerts dans The Mustang, film de Laure de Clermont-Tonnerre

Pour son premier long métrage, la réalisatrice française Laure de Clermont-Tonnerre est allée tourner aux États-Unis une histoire inspirée d’un véritable programme de réinsertion, destiné aux détenus dangereux. La rage masculine y est canalisée dans un rapport de complicité avec des chevaux sauvages, en apparence aussi indomptables que ceux qui tentent de les dresser. L’une des grandes qualités de The Mustang, outre ses remarquables images, est d’être resté loin des conventions hollywoodiennes. Même s’il émane du récit une grande humanité, tout reste à l’état brut, à commencer par la performance de Matthias Schoenaerts. L’acteur se consume dans ce personnage de détenu, enragé contre le monde entier, qui, dit-il d’emblée, « n’est pas bon avec les gens ». Ne serait-ce que pour lui, The Mustang mérite d’être vu.

Offert sur iTunes, Google Play, YouTube et Boutique Cineplex. Aussi en Blu-ray/DVD.