Bien que le gouvernement ait annoncé qu’il permettrait la réouverture des cinémas dès le 22 juin, ce n’est finalement que le 3 juillet prochain que les salles des cinémas vont rouvrir leurs portes.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

« On ne vend pas des pizzas, s’est exclamé le propriétaire Vincent Guzzo, qui compte ouvrir toutes les salles de ses 10 établissements le 3 juillet. Dans mes pizzerias, on a besoin de 24 heures pour réchauffer les fours à bois, mais rouvrir un cinéma dans les circonstances actuelles, c’est beaucoup plus long. »

Les mêmes délais nécessaires seront aussi observés dans la majorité des autres cinémas du Québec. Les 20 complexes de Cineplex Odéon vont aussi rouvrir le 3 juillet, même chose à Montréal pour les cinémas Beaubien, du Parc et du Musée.

Le personnel va notamment devoir être formé pour appliquer les règles sanitaires adéquates, notamment en désinfectant les salles après chaque représentation. « On doit apprendre à notre personnel que tourner les coins ronds, c’est dorénavant absolument impossible, affirme M. Guzzo. Il faut être responsable face aux gens qui vont venir dans les cinémas. On pourrait être un problème et on ne veut pas l’être, pour nous, pour les autres exploitants de salles de cinéma et pour la population en général. La dernière chose que je veux est qu’un cinéma soit montré du doigt. »

Ainsi, les films à l’affiche seront projetés sur de multiples écrans à des heures différentes pour permettre de ne pas engorger les foyers d’accueil. Les salles ne pourront accueillir plus de 50 personnes, mais toutes les rangées pourront être utilisées. Les gens qui habitent une même adresse pourront s’asseoir ensemble, sinon il faudra conserver une distance de deux mètres, ce qui ne représente pas un problème aux yeux de Vincent Guzzo. « Les gens au cinéma ont une tendance naturelle à la distanciation sociale, explique-t-il. Je vois mal comment je vais devoir intervenir pour dire aux gens de s’éloigner, ça se fait automatiquement. On va tout de même faire le tour des salles avant le début de la projection pour s’assurer que les règles sont respectées. Elles seront d’ailleurs bien affichées. »

Quant aux films qui seront projetés à partir du 3 juillet, Vincent Guzzo déplore le fait que l’industrie n’ait pas été avisée plus tôt des intentions du gouvernement. Certains films dont la sortie était prévue au début de juillet ont été conséquemment reportés plus tard cet été pour bénéficier d’une meilleure visibilité et d’une campagne de publicité plus efficace. « Fabuleuses aventures à Oz et Les aventures de Billy Stone – Le Médaillon sacré sont deux films familiaux dont on a acheté les droits, ils seront disponibles pour les tous les cinémas du Québec le 3 juillet, indique M. Guzzo. Sinon, les superproductions Target Number One et Unhinged arrivent le 10 juillet, suivies d’Inception le 17. Le 24 juillet, on aura Mulan, ça démarre vraiment à partir de là. »

Automne salvateur ?

C’est aussi à partir de la mi-juillet que la santé publique envisage de monter à 250 le nombre de personnes admises dans une salle de cinéma. Une étape nécessaire si les cinémas espèrent envisager des résultats financiers pas trop catastrophiques d’ici la fin de l’année. « On n’a pas perdu de gros films en avril, reconnaît l’entrepreneur québécois. Des longs-métrages comme les Trolls ou Scooby-Doo, c’étaient à l’époque des films qui sortaient directement en club vidéo. Sinon, les grosses productions du printemps ont été reportées, si bien qu’on va présenter en six mois des films qui auraient normalement dû sortir en neuf mois. J’espère que ça va nous permettre de récupérer notre retard, mais j’en doute. Le deuxième trimestre représente 20 à 25 % de notre chiffre d’affaires, j’espère pouvoir en récupérer la moitié. »

Vincent Guzzo s’attend ainsi à un automne chargé de nouveautés et soutient au passage que les salles de cinéma devraient rester ouvertes même si on assiste à l’éclosion d’une deuxième vague de COVID-19.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Vincent Guzzo.

Dans une salle de cinéma, il y a un certain contrôle, tu es assis et tu ne bouges pas, tout le monde regarde dans le même sens, ce n’est pas comme dans un parc. J’espère donc qu’avec une éventuelle deuxième vague, le gouvernement va savoir où se trouve le réel danger — il est dans les résidences pour aînés. On va leur pardonner les erreurs du 15 mars, mais il vaudrait mieux de pas les répéter.

Vincent Guzzo, propriétaire des Cinémas Guzzo

Par ailleurs, Vincent Guzzo a profité du confinement pour apporter plusieurs améliorations à ses cinémas, notamment les comptoirs de friandises et les tapis à Terrebonne ou le lobby d’accueil à Longueuil. Aussi, des produits nettoyants à effet prolongé ont été mis à l’essai afin de pouvoir assurer une désinfection plus efficace. Les salles de jeux et d’arcades demeureront toutefois fermées jusqu’à nouvel ordre.