Fantasia, le plus important festival de films de genre en Amérique du Nord, tiendra — confinement oblige — sa première édition en ligne, du 20 août au 2 septembre.

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Le festival montréalais a annoncé mercredi que sa programmation serait offerte aux cinéphiles sur la plateforme élaborée par Festival Scope et Shift 72, sur laquelle ont misé d’autres rendez-vous cinématographiques pendant la pandémie de COVID-19, en utilisant les meilleurs standards de sécurité de l’industrie.

Le menu de ce populaire festival estival de cinéma sera composé, comme à l’habitude, de premières mondiales et de nombreux titres internationaux fort attendus, dont des films sélectionnés aux festivals SXSW et Tribeca, dont les éditions ont dû être annulées au début de la crise du coronavirus.

Les sélections de longs et courts métrages ainsi que les différents prix remis par Fantasia dans ses sections compétitives resteront par ailleurs en place.

En utilisant la plateforme de Festival Scope et Shift 72, Fantasia pourra recréer l’expérience des évènements en direct sur le web, avec des présentations des réalisateurs avant la diffusion de leurs films, des séances de questions-réponses avec le public, des ateliers et conférences.

« Nous sommes ravis et heureux de travailler avec Festival Scope et Shift 72 pour cette édition inédite virtuelle, a souligné mercredi après-midi Mitch Davis, directeur artistique de Fantasia. Ils ont répondu à chacun des défis que nous leur avons lancés pour faire de Fantasia l’évènement rassembleur que l’on connaît depuis sa création en 1996. Je pense surtout aux questions de projections en temps réel et d’évènements en direct en remplacement de l’approche habituelle de diffusion en ligne. Cela va nous permettre de garder intact le sentiment d’exclusivité des projections au Festival. »

Le service de cette plateforme tient compte de la géolocalisation, pour réserver le visionnement au public canadien, ce qui permettra tout de même aux cinéphiles de tout le pays de profiter du festival montréalais. Les premiers titres sélectionnés parmi une vingtaine de pays seront annoncés au cours du mois de mai.

Un modèle qui s’impose... de différentes façons

Plus tôt cette semaine, l’annonce de la mise sur pied d’un festival de cinéma virtuel regroupant 20 des plus importants festivals de cinéma du monde (parmi lesquels Cannes, Venise, Berlin, Toronto, Sundance, New York et Locarno) a suscité beaucoup d’enthousiasme. Intitulée We Are One : A Global Film Festival, cette manifestation gratuite, à l’initiative du festival de Tribeca, se tiendra sur YouTube du 29 mai au 7 juin.

Mais qu’en sera-t-il au juste dans ce cas-ci ? En attendant les détails de la programmation, qui seront annoncés ultérieurement, Marcel Jean, délégué artistique du Festival international du film d’animation d’Annecy, a bien voulu nous en expliquer le fonctionnement.

« Le modèle sur lequel on avance actuellement est basé sur une programmation d’une dizaine d’heures par jour, donc une centaine au total », explique celui qui est aussi directeur général de la Cinémathèque québécoise.

Chaque festival participant se retrouve ainsi à fournir environ cinq heures de programmation. L’objectif est de faire connaître et de faire découvrir des œuvres ayant été présentées par ces différents festivals, qui n’ont pas ensuite obtenu l’attention qu’elles méritaient.

Marcel Jean, délégué artistique du Festival international du film d’animation d’Annecy, au sujet de We Are One

« On ne misera pas sur les primeurs, même s’il y en aura peut-être, mais nous puiserons surtout dans nos coups de cœur. Cela dit, la porte est aussi ouverte pour un type de programmation inédite, qu’elle prenne la forme d’une grande entrevue ou d’une leçon de cinéma. »

Marcel Jean prépare aussi la programmation du prochain festival d’Annecy, qui aura lieu du 15 au 30 juin sous une forme virtuelle.

« Nous ne pourrons évidemment pas mettre tout le contenu d’un festival habituel en ligne, mais nous présenterons néanmoins les films sélectionnés dans les 18 sections compétitives, de même que du contenu inédit, notamment des films d’animation en étape de fabrication. Une accréditation sera mise à la disposition du public pour environ 15 euros. »

> Consultez le site de Fantasia

> Consultez la chaîne YouTube du festival We Are One

> Consultez le site du festival d’Annecy