(Paris) Le Festival de Cannes réfléchit à une alliance avec la Mostra de Venise, a annoncé son délégué général Thierry Frémaux, alors que les sections parallèles du rendez-vous cannois ont jeté l’éponge mercredi en raison de la crise sanitaire.

Agence France-Presse

« Comme chaque année, je parle beaucoup à Alberto Barbera (le patron de la Mostra), qui est lui aussi inquiet, évidemment. Depuis le début de la crise, nous avons émis la possibilité de nous rapprocher si Cannes est annulé », a-t-il affirmé mercredi à la revue Variety.

« Nous continuons à discuter de cela », dit-il. « D’autres festivals nous ont invités : Locarno, Saint-Sébastien, Deauville. Ce sont des gestes qui nous touchent ».

« Si nous nous battons, ce n’est pas pour le festival lui-même, mais pour soutenir la reprise économique du secteur à l’échelle mondiale : les films, les artistes, les professionnels, les salles et leur public », a-t-il insisté. « Le festival veut être présent à l’automne pour contribuer à cela ».

Faute de pouvoir être reporté à fin juin début juillet, les autorités françaises ayant décidé d’interdire les festivals jusqu’à mi-juillet au moins en raison de la crise du coronavirus, Cannes a annoncé mardi que son édition 2020 pourrait prendre de nouvelles « formes ».

Précisant sa pensée pour Variety, Thierry Frémaux a exclu une version virtuelle du festival, ou qu’il soit d’une durée plus courte que d’ordinaire (douze jours) ou avec moins de sections, alors que la Quinzaine des réalisateurs, Semaine de la critique et ACID ont annoncé mercredi l’annulation de leur édition 2020.

« Les sections parallèles du Festival de Cannes (...) ont le regret d’annoncer l’annulation de leurs éditions cannoises 2020 », ont-elles fait savoir dans un communiqué commun.

« Afin de soutenir l’ensemble du secteur cinématographique, très affecté par la situation présente, chaque section, en concertation avec le Festival de Cannes, étudie cependant la meilleure façon de continuer à accompagner les films soumis à leur édition 2020 », conclut le communiqué des trois sections parallèles.

Programmé chaque année au mois de mai, le festival avait refusé de capituler face à l’épidémie de coronavirus fin mars, envisageant un report fin juin début juillet, caduc depuis lundi soir.

Les festivals de cinéma sont désemparés quant à la stratégie à adopter face à la crise sanitaire : report ? Annulation pure et simple ? Ou version numérique ?

Plus gros festival dans le secteur de l’animation, Annecy a de son côté annulé son édition 2020, mais prévoit une version réduite en ligne, dont il a dévoilé certains détails mercredi.

« Globalement, la sélection 2020 est plus légère, plus humoristique que celles des dernières années », avec des « thèmes d’actualité, en particulier l’écologie, la migration et l’identité de genre », affirment ses organisateurs, mettant en avant des films semblant « même pressentir la situation présente ».

Parmi eux, Empty Places de Geoffroy de Crécy, Physique de la tristesse de Theodore Ushev et Something to Remember de Niki Lindroth Von Bahr. La liste des longs métrages en sélection officielle et œuvres en réalité virtuelle VR sera connue mi-mai.

Annecy 2020, version numérique, aura lieu du 15 au 30 juin.