En dépit de la pandémie de la COVID-19, les délibérations et le vote pour déterminer les finalistes au gala des prix Iris du cinéma québécois se poursuivent.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

La raison est simple : ce travail n’implique pas de réunions entre personnes des différentes associations votantes puisque celles-ci peuvent communiquer par vidéoconférence. Et une partie des choix se fait par vote universel. Les participants peuvent donc regarder les films chez eux et envoyer leurs choix par internet.

« Ce qui est important est de rester dans cette énergie de vouloir célébrer notre cinéma », indique Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma dans une conversation téléphonique avec La Presse.

Cette dernière ne peut toutefois affirmer (loin de là !) que le gala du 7 juin aura lieu ou même que l’annonce des noms des films et artisans finalistes sera faite, comme prévu, le 8 avril.

Pour le moment, on évalue le projet de faire l’annonce des finalistes via une conférence de presse sur Facebook Live.

Mme Roederer estime que la nouvelle formule de votation, un mélange de votes universel et par association (selon les catégories), a fait ses preuves l’an dernier.

« En 2019, 60 % des choix des finalistes étaient les mêmes entre les différents jurys et le vote universel, dit-elle. Quant aux 40 % des choix restants, ils étaient équilibrés entre le poids du jury et le poids du vote universel. » Elle est visiblement satisfaite de ce résultat.

Rappelons que les films éligibles pour le gala de juin 2020 doivent avoir été présentés, en respectant plusieurs critères, entre le 1er mars 2019 et le 29 février 2020.