Après Québec Cinéma, le géant Netflix s’associe avec les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) en devenant le partenaire principal du marché professionnel du festival, le Forum RIDM.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Autrefois connu sous le nom de Doc Circuit Montréal, le Forum RIDM est le lieu de rencontres professionnelles entre les acteurs du monde du documentaire. Une de ses divisions, Talent Lab, est un laboratoire destiné à aider les réalisateurs à pousser plus loin leur travail et leur démarche de création.

« Pour ce 15e anniversaire du marché professionnel, Netflix vient d’embarquer avec nous », se réjouit Mara Gourd-Mercado, directrice générale des RIDM. L’entente, d’une durée de quatre ans, s’amorcera avec l’édition 2019 du festival, en novembre prochain.

La directrice générale de l’organisme n’a pas dévoilé les détails financiers de cette entente, mais elle précise que 60 % de la contribution ira à Talent Lab et 40 % au Forum RIDM.

« Il est important de sortir de la valeur marchande de la participation de Netflix. La mission des RIDM est de faire en sorte que la communauté du documentaire québécois soit la plus vivante et la plus pérenne possible. Et cet argent frais aide directement à cette mission. »

— Mara Gourd-Mercado, directrice générale des RIDM

À l’image des autres marchés professionnels de cinéma, le Forum RIDM est constitué d’activités telles que des rencontres, des ateliers, des conférences, etc. Une journée entière du Forum est consacrée à des rencontres en personne entre créateurs (producteurs, réalisateurs) et acheteurs (télés, diffuseurs, gestionnaires de fonds, etc.).

« C’est un genre de speed dating de financement », illustre Mara Gourd-Mercado.

Laboratoire de talents

Le laboratoire de talents des RIDM a été créé en 2014. Chaque année, il permet à une vingtaine de jeunes cinéastes du Québec ou d’ailleurs de rencontrer, durant trois jours, des mentors, de participer à des ateliers, d’assister à des conférences, etc.

Ce Talent Lab avait reçu des subventions du Conseil des arts du Canada en 2014, 2015 et 2016, mais cette aide avait cessé par la suite. « Nous croyons tellement en ce laboratoire que nous avons alors décidé de continuer à le financer à même nos budgets », dit Mme Gourd-Mercado.

Au fil des ans, plusieurs projets de documentaires qui sont passés par le marché professionnel ou le laboratoire des talents des RIDM ont connu une carrière internationale. C’est le cas du film Le profil Amina de Sophie Deraspe, qui a été lancé à Sundance avant de faire le tour du monde.

Pour Isabelle Couture, productrice de ce film, ces rencontres en personne ont beaucoup de valeur. « L’accès aux décideurs d’ici et d’ailleurs y est très facile, dit cette dernière, qui est présidente du conseil exécutif de Doc Québec et qui a cofondé Doc Circuit Montréal. Cela favorise bien sûr la relève, qu’il est impératif de soutenir afin d’assurer la pérennité du documentaire chez nous. Les producteurs d’expérience trouvent aussi leur compte dans cet évènement de réseautage dynamique et chaleureux. »

En décembre dernier, l’organisme Québec Cinéma et Netflix s’étaient aussi associés pour créer un laboratoire de talents afin de favoriser les rencontres entre cinéastes émergents et mentors. Dans leur cas, l’entente couvre les présentations de 2020, 2021 et 2022 du festival annuel Rendez-vous Québec Cinéma.