Navet justement boudé ou effet #metoo? Un film dans lequel apparaît Kevin Spacey, tombé en disgrâce à la suite de plusieurs accusations d'abus sexuels, a connu ce week-end un démarrage catastrophique au box-office américain.

Mis à jour le 20 août 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Inspiré d'une histoire vraie, Billionaire Boys Club, projeté dans seulement 11 salles à travers les États-Unis, n'a récolté que 618 $ lors de son premier week-end d'exploitation, selon des chiffres du magazine spécialisé The Hollywood Reporter.

«Rapporté au prix moyen actuel d'une place de cinéma, 9,27 $, cela signifie que six personnes en moyenne se sont rendues dans chaque salle», note le magazine.

Le film, dont Kevin Spacey partage l'affiche avec Ansel Elgort et Taron Egerton, est disponible en vidéo à la demande depuis le mois de juillet. Mais cela ne suffit sans doute pas à expliquer son démarrage catastrophique.

«Nous espérons que ces accusations éprouvantes concernant le comportement d'un individu - qui n'étaient pas publiquement connues lorsque le film a été réalisé il y a près de deux ans et demi et (se rapportent à) quelqu'un qui ne tient qu'un petit rôle, secondaire, dans Billionaire Boys Club - ne terniront pas le lancement du film», avait déclaré au début de l'été Vertical Entertainment, le distributeur du film.

La carrière de Kevin Spacey, récompensé à deux reprises aux Oscars pour ses rôles dans Usual Suspects (1995) et American Beauty (1999), est en chute libre depuis qu'il a été accusé de harcèlement et d'agression sexuels par plus d'une douzaine d'hommes aux États-Unis et au Royaume-Uni.

L'acteur américain de 59 ans a notamment été renvoyé de la série à succès de Netflix House of Cards et remplacé au pied levé par Christopher Plummer dans le film All the Money in the World, en décembre dernier, juste avant sa sortie.