À Berlin-Est, en cette année 1975, le lieutenant Karin Müller (déjà rencontrée dans Stasi Child, 2016) est en disgrâce pour avoir refusé d'intégrer la Stasi, la fameuse police secrète est-allemande. Puis deux bébés disparaissent à Halle-Neustad, une ville censée avoir un taux zéro en matière de crime.

Norbert Sphener LA PRESSE

Le cadavre de l'un des nourrissons est retrouvé dans une valise. Au grand dam des inspecteurs locaux, c'est Müller qui est chargée du dossier. Rapidement, les démarches de son équipe sont entravées par l'interdiction formelle d'interroger certains membres influents de cette communauté fermée que l'on ne veut pas effaroucher.

Alors que le premier roman de cette série était passionnant, l'intrigue tarabiscotée de Stasi Block, handicapée par de fréquents retours en arrière et deux histoires parallèles (dont une qui concerne la vie privée de Karin), a des airs de déjà-lu: omniprésence de la police secrète, enquête sous haute surveillance, etc.

C'est finalement la chronique de la vie quotidienne dans la cité idéale du «paradis» socialiste qui est le principal centre d'intérêt de ce polar décevant à bien des égards. On souhaite tout de même le retour de l'intrépide Karin Müller, mais dans une histoire plus palpitante!

* * *

Stasi Block. David Young. Fleuve Noir. 402 pages.