Source ID:547644; App Source:cedromItem

Joyland de Stephen King: un grand cru ***1/2

Sonia Sarfati
La Presse

Avec ce court (même pas 325 pages) et grand cru, le maître de l'horreur plonge dans une veine qu'il a explorée trop rarement, un filon où la terreur, le gore, le fantastique, sont à peu près absents.

On pense à Stand By Me, à Shawshank Redemption, à Colorado Kid, texte auquel fait le plus penser Joyland. Parce que l'atmosphère est celle du roman noir et qu'au-delà de la description follement nostalgique d'un temps et de gens, se trouve, en filigrane, une enquête.

Ici, elle concerne un meurtre. Car une jeune femme a été tuée dans la Maison de l'horreur de Joyland, parc d'attractions comme il y en avait encore il y a un demi-siècle, aujourd'hui pour ainsi dire disparus.

C'est là que Devin Jones a passé l'été de ses 21 ans à travailler. Et à guérir sa peine d'amour. Quarante ans plus tard, il se souvient.

L'époque est magnifiquement décrite, les personnages sortent littéralement des pages tant ils sont crédibles. Les émotions sont à fleur de mots.

Et, oui, des clowns font une très courte apparition. Dans ce contexte, c'était un must. Ils sont comme King sait les faire. Glaçants. Terrifiants. Des clowns, quoi.

* * * 1/2

Joyland, Stephen King, Albin Michel, 323 pages.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer