La Colère des anges, de John Connolly, est le 11e volet des enquêtes du détective Charlie Parker. Une fois de plus, Connolly flirte allègrement avec le fantastique dans ce polar gothique, aux accents très noirs, qui aurait pu être écrit par Stephen King.

Norbert Spehner, collaboration spéciale LA PRESSE

Ça commence pourtant par un cas de figure très conventionnel: dans un coin perdu d'une vaste forêt du Maine, deux chasseurs découvrent l'épave d'un petit avion. Les passagers ont disparu, mais la carcasse est remplie de billets de banque! Par ailleurs, les deux amis découvrent une liste de noms qui va être à l'origine d'une guerre sans merci, car de nombreuses personnes sont prêtes à tuer pour se l'approprier. Mis au courant de l'affaire, Parker découvre que les personnes citées dans le document ont peut-être conclu un pacte avec le diable: fortunes soudaines, réussite sociale instantanée... puis morts subites dans des conditions atroces. Et le nom de Parker figure sur la liste! Un récit dense, prenant, peuplé de personnages étranges, pas toujours humains et d'une cruauté sans bornes, de spectres redoutables et de lieux maléfiques. Fascinant!

La Colère des anges, John Connolly, Presses de la Cité, 494 pages ****