Tout s'effondre autour de Henry Cage, un homme d'affaires londonien qui se fait montrer la voie de sortie de l'entreprise qu'il a fondée, qui se fait harceler par un homme violent et qui apprend coup sur coup qu'il a un petit-fils et que son ex-femme se meurt d'un cancer en Floride.

Josée Lapointe LA PRESSE

Pourtant, il traverse les épreuves avec flegme, en évitant toujours de se mouiller, en marge de ses émotions. Et lorsqu'il finit par se laisser aller, le pire arrive: c'est ce qu'on apprend dès le début de Leçons singulières, premier roman d'un ancien publicitaire qui surfe entre l'ironie toute britannique et l'histoire d'un naufrage annoncé.

On se demande parfois pourquoi ceux qui entourent Henry l'aiment autant - particulièrement Nessa, son ex-femme scintillante -, pourtant on s'attache à cet homme en déroute qui, comme nous tous, essaie de vivre sa vie sans faire de vagues.

La toile que l'auteur tisse autour de lui - amis, collègues, amante, famille, ennemis - a des allures un peu disparates, mais finit par former un univers cohérent, amusant et souvent touchant.

Toutes les scènes avec Nessa sont bouleversantes, et font de ces Leçons singulières un livre éclairant sur la manière dont on survit - ou pas - à la perte d'un être cher.

________________________________________________________________________

* * * 1/2

Leçons singulières. David Abbott. Traduit par Katel Le Fur. Rivages. 298 pages.