Le 19 septembre, James Hyndman publiera Océans dans la collection Quai no. 5 des éditions XYZ. Il s'agit d'un récit composé de 12 soliloques qui parlent de la difficulté des êtres à communiquer. L'acteur, dont c'est le premier livre, en fera une lecture-spectacle en compagnie d'Évelyne de la Chenelière le 21 septembre, en ouverture du Festival international de la littérature. Rencontre avec un «jeune» écrivain.

Mis à jour le 6 sept. 2018
Nathalie Collard LA PRESSE

Les carnets

«Je collectionne les carnets. Dans le carnet rouge, je note les mots, les expressions qui me plaisent. J'ai commencé à écrire il y a environ huit ans. J'ai déjà deux autres projets en cours. Toute ma vie est comme ça: le métier d'acteur, la famille... tout ça a mis du temps avant d'arriver.»

La plume Mont-Blanc

«Cette plume symbolise le rapport avec l'écriture, le papier. Elle me rappelle aussi les bancs d'école. On utilisait toujours une plume-fontaine. Tout ce que j'aime dans le travail de création, c'est le rapport à l'enfance qu'on peut y trouver. Tout acte de création a ce côté spontané qui est le propre de l'enfance.»

Les livres

«Il y a des livres auxquels je reviens à cause du style. Ils me nourrissent, me stimulent. Quand j'écris, je suis un tâcheron. Ça ne vient pas d'un jet. J'aime travailler et retravailler pour arriver à exprimer ce que je veux dire le plus simplement possible.»

La lampe

«Pour moi, l'éclairage est primordial. Il crée une zone de bien-être. Mon bureau est spartiate. À la maison, j'ai un autre bureau où on trouve des bibliothèques, des photos, mes Gémeaux, etc. Mais ici, je ne voulais aucune distraction. Cette lampe, que j'ai commandée d'un site de design français, apporte un peu de chaleur.»

Les films de Bergman

«Je travaille à la mise en scène - ma première - de Scènes de la vie conjugale de Bergman. Nous avions fait une lecture publique, Évelyne de la Chenelière et moi, qui avait remporté beaucoup de succès. Comme j'avais tellement travaillé sur l'adaptation, je ne pouvais pas envisager de laisser ce projet dans les mains d'un autre.»

Photo François Roy, La Presse

La table de travail de James Hyndman

À L'EXTÉRIEUR DE LA TABLE

Mur de citations

«Ce sont des citations, des mantras. Il y a cette image du Mépris de Godard qui est pour moi une image emblématique de ce qui m'intéresse au cinéma: un homme et une femme filmés. Il y a des citations qui s'adressent plus à l'acteur en moi, d'autres à celui qui écrit.»

Le dessin de Sam

«C'est mon fils Samuel, 4 ans, qui a dessiné cette fresque avec l'aide de sa maman. À sa naissance, j'ai repris mon ancien appartement, à quelques portes de ma maison actuelle, pour en faire mon bureau. Sam vient souvent me voir quand je travaille. Il est content de voir son dessin sur le mur.»

Un tableau des Impatients

«Je suis porte-parole des Impatients depuis longtemps. Cette oeuvre est intitulée Asylum. C'est minimaliste: l'asile, la verdure, ce désir de sortir et d'en sortir. Et en même temps, de chérir ce lieu, l'asile, qui est important pour les gens atteints de maladie mentale. Je trouvais ça beau.»

Photo François Roy, La Presse

Le dessin de Sam