• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • Adrien Arcand, führer canadien : retour sur l'extrême droite québécoise 
Source ID:8190269; App Source:DAM

Adrien Arcand, führer canadien : retour sur l'extrême droite québécoise

Adrien Arcand, une figure méconnue du fascisme québécois.... (Photo: Lux éditeur)

Agrandir

Adrien Arcand, une figure méconnue du fascisme québécois.

Photo: Lux éditeur

Dans une nouvelle biographie, l'historien Jean-François Nadeau dépoussière le personnage d'Adrien Arcand, le journaliste et politicien fasciste qui rêvait d'un empire d'extrême droite.

Évoquer la mémoire d'Adrien Arcand en 2010, c'est faire référence à un personnage méconnu. Tout au plus, savons-nous qu'il y a eu, au Québec, un émule d'Adolf Hitler qui haranguait les foules et qui comptait plusieurs adeptes en chemise bleue arborant des brassards à la croix gammée.

On mentionne rarement que ce même homme a terminé deuxième aux élections fédérales de 1949 et de 1953, tout en défendant le programme antisémite et raciste du parti qu'il dirigeait.

Le journaliste et historien Jean-François Nadeau a décidé de lever le voile sur ce personnage trouble de l'histoire du Québec, dans le livre Adrien Arcand, führer canadien, paru chez Lux éditeur. Il brosse ainsi un portrait de ces mouvements extrémistes qui étaient bien présents au pays.

«C'est une biographie, avertit l'historien, mais au fond c'est une histoire des idées. L'homme me sert de pivot pour voir la société dans son ensemble. J'examine dans le livre quatre groupes et les personnes qui les composent. Arcand est le plus marquant, étant celui qui réussit à fédérer des gens d'un océan à l'autre.»

Journaliste à la plume incisive, Adrien Arcand a été, entre autres, le premier critique musical de La Presse. Il fondera le premier syndicat des journalistes du quotidien et sera congédié en 1929 pour ses activités syndicales. C'est ce congédiement qui lancera sa carrière de pamphlétaire et de militant fasciste.

En même temps qu'il met en place son organisation politique, Arcand deviendra l'animateur de plusieurs publications qui évolueront, comme son dirigeant, de plus en plus vers la droite du spectre. Le plus connu sera sans doute le journal satirique Le Goglu.

À la demande d'Eugène Berthiaume, riche commerçant et fils du fondateur de La Presse, il dirigera L'Illustration nouvelle, quotidien populiste qui deviendra, bien des années plus tard, Le Montréal Matin. Durant plusieurs années, Arcand entretiendra une correspondance avec Berthiaume en lui écrivant sur du papier à en-tête frappé d'une croix gammée.

Il était important pour l'auteur que ces mouvements typiques des années 30 soient étudiés. «C'est une partie de l'histoire très documentée dans tous les pays occidentaux, particulièrement en Angleterre, a noté Jean-François Nadeau. C'est ici qu'il n'y a pas grand-chose.»

Pour un empire fasciste

Arcand est contre le régime parlementaire et le système démocratique et ne s'en cache pas. Il rêve d'englober le Canada en entier dans un régime fasciste pour l'inclure dans un vaste empire, qui serait un Commonwealth d'extrême droite.

Le chef fasciste a des relations partout sur la planète. Il accueillera en 1938 l'écrivain Louis-Ferdinand Céline, qui ne cache pas ses sympathies fascistes. L'auteur du Voyage au bout de la nuit a envisagé de s'installer au Canada pour fuir la guerre qui menaçait alors l'Europe. Une photo de Céline au milieu d'une foule qui assiste à une assemblée du parti d'Arcand se trouve dans le livre.

Comme la plupart de ses militants, le chef fasciste sera interné à Petawawa en 1940 et ne sera libéré qu'après la guerre. Ironie de l'histoire, le jeune Pierre Elliott Trudeau utilisera le cas d'Adrien Arcand pour illustrer les dangers de la Loi sur les mesures de guerre. (Ce qui ne l'empêchera pas de l'utiliser lors de la crise d'Octobre en 1970.)

Après la guerre, le pamphlétaire se fera moins présent, mais continuera de diriger son parti politique, désormais nommé Parti de l'unité nationale du Canada. Il se retire à Lanoraie où il mourra en 1967. Son adjoint, Gérard Lanctôt, a ensuite pris la relève et dirigé le parti jusqu'à sa propre mort en 2002.

Jean-François Nadeau, qui dirige aussi les pages culturelles du journal Le Devoir, fait un excellent travail de mémoire en dépoussiérant ce volet de l'histoire. Il nous offre un livre écrit dans une langue vivante et claire. À cet égard, on y voit une parenté avec sa biographie de Pierre Bourgault, qui a remporté en 2007 le prix du public du Salon du livre de Montréal.

Jean-François Nadeau ne soulève pas de controverse. L'auteur pose des questions et l'on devine qu'il ne partage pas les opinions qu'il déterre. «Je ne fais pas de l'histoire-procès. J'essaie de comprendre l'époque donnée et les gestes qui sont posés. Lorsque je vois qu'un tel personnage a fait ceci, je ne me prive pas pour le dire. Mais je n'ai pas à faire d'attaques frontales, ce n'est pas mon travail. J'essaie de situer les gens où je les vois, selon les documents et les témoignages que j'ai devant moi.»

______________________________________________________________________________________________________

Adrien Arcand, führer canadien. Jean-François Nadeau. Lux éditeur, 408 pages, 29,95 $.

 




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer