C’est la panique en Californie quand un tueur en série se met à utiliser l’ADN de jeunes femmes pour choisir et trouver ses victimes. Des femmes qui avaient fait affaire avec une entreprise privée pour retrouver leur parenté grâce à l’acide désoxyribonucléique.

Publié le 2 mai 2021
Éric Clément
Éric Clément La Presse

Le thème, la génétique, son potentiel et ses dangers, est intéressant et actuel alors que bien des gens craignent le manque de surveillance du commerce de l’analyse génétique. C’est ce qui met la puce à l’oreille de Jack McEvoy, reporter à Fair Warning, spécialisé dans la défense des consommateurs, après avoir été… arrêté par la police dans le cadre du meurtre d’une de ses ex, qui avait fait affaire avec l’entreprise de données génétiques GT23.

Tout rentrera dans l’ordre pour lui. Entre-temps, il aura convaincu son rédacteur en chef de creuser l’histoire. Il découvrira que des généticiens sont intéressés par les séquences d’ADN associées à des comportements à risque comme la dépendance au sexe. Ce qui le mettra sur la piste de plusieurs femmes, toutes assassinées et ayant toutes fait affaire avec GT23.

Comme dans les meilleurs thrillers (!) se poursuit de manière parallèle une attirance entre le journaliste et Rachel Ann Walling, ancienne enquêtrice du FBI à qui il a fait perdre son emploi quand elle est devenue une de ses sources… et qui l’assiste dans l’enquête. Jack McEvoy bénéficie aussi de l’aide de la technologie numérique, qui, si elle permet aux malfrats de mener leurs sombres desseins, aide en même temps à les démasquer !

Ce roman ne sera pas le polar du siècle, mais il est plaisant, nous éclaire sur ces trafics inquiétants de matériel génétique et nous met aussi en garde quant à la confidentialité de notre vie privée, de plus en plus menacée.

IMAGE FOURNIE PAR CALMANN LEVY

Séquences mortelles, de Michael Connelly

Séquences mortelles
Michael Connelly
Calmann Levy
450 pages
★★★½