(Bruxelles) À 101 ans, Henri Vernes, père de Bob Morane, revient sur la série qui l’a rendu célèbre

Jean-Christophe Laurence Jean-Christophe Laurence
La Presse

« Si j’écrivais un Bob Morane aujourd’hui, je dirais que le coronavirus est une invention de l’Ombre jaune. Et c’est d’ailleurs une invention de l’Ombre jaune, puisque c’est né en Chine ! »

Bien calé dans le canapé mou de son appart bruxellois, Henri Vernes regarde vers la fenêtre. La voix est rocailleuse, mais à 101 ans, le père de Bob Morane n’a manifestement rien perdu de son esprit… même s’il a perdu la vue il y a un an, après une opération des cataractes qui n’a pas fonctionné.

« Je n’ai jamais bu, jamais fumé et j’ai toujours fait du sport » lance-t-il, quand on lui demande le secret de son étonnante condition physique et mentale. « Mais pour une photo, tout de même, je préférerais que vous en preniez une de moi un peu plus jeune… »

PHOTO ALAIN DE GRAUW, FOURNIE PAR HENRI VERNES

Henri Vernes a la voix est rocailleuse, mais à 101 ans, le père de Bob Morane n’a manifestement rien perdu de son esprit… même s’il a perdu la vue il y a un an, après une opération des cataractes qui n’a pas fonctionné.

Soyons honnête, on le croyait mort depuis longtemps. Peu d’auteurs ayant commencé une carrière littéraire au début des années 50 sont encore de ce monde. Il a fallu qu’on tombe sur le petit livre Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec, du Belge Jacques Hellemans, pour apprendre que le monsieur était bien en vie et apte à recevoir des visiteurs.

Encouragé par cette improbable nouvelle, on a fait jouer tous nos contacts pour obtenir une entrevue avec l’écrivain, non sans avoir, au préalable, relu notre vieille édition de L’Ombre jaune, conservée depuis des siècles dans notre bibliothèque.

C’est Jacques Hellemans, justement, qui nous emmène chez M. Vernes. La femme de ménage nous accueille, puis nous installe dans le salon, entre les collections d’art médiéval, les vieilles épées et les souvenirs de voyage de notre hôte. À ceux qui se questionneraient : l’entrevue a lieu au début du mois de mars, avant que n’explose la crise sanitaire que l’on sait. À ce moment, peu de cas de la COVID-19 ont été recensés en Belgique, et on est encore loin de la psychose européenne actuelle, d’où notre visite au vénérable centenaire.

Henri Vernes (de son vrai nom Charles-Henri Dewisme) vit tout seul dans ce grand appartement du quartier Saint-Gilles. Il a été marié deux fois mais n’a pas d’enfants. Ses seuls véritables rejetons sont plutôt les héros nés de sa plume, ceux de la série Bob Morane (Bill Balantine, Miss Ylang Ylang, l’Ombre jaune, on en passe…) ainsi que d’autres personnages moins connus comme Karga, Luc Dassault ou l’impitoyable Don de la série du même nom, qu’il décrit volontiers comme un « Bob Morane avec de la fesse ».

Auteur prolifique, Vernes confie qu’il n’a jamais été en panne d’inspiration et qu’il savait écrire vite, au rythme d’un « miracle tous les deux mois ». Entre La vallée infernale (1953) et Mngwa ! (2006), il a ainsi signé plus de 200 aventures (!) de Bob Morane, ainsi qu’une dizaine de livres écrits en collaboration avec d’autres, au début des années 2010, avant de délaisser son héros pour de bon.

Succès et regrets

Faut-il rappeler l’incroyable succès de la série Bob Morane ? Des millions d’exemplaires auraient été vendus dans le monde, mais impossible de savoir combien exactement, car « les vrais chiffres sont inconnus » nous explique Alain De Grauw, secrétaire et ami d’Henri Vernes. Et l’on ne compte pas les adaptations de Bob Morane en BD, en série télé, en jeu vidéo, en dessin animé, de même que la chanson L’Aventurier du groupe pop français Indochine, sortie dans les années 80, qui parle de l’univers de Bob Morane.

Vernes lui-même ne peut expliquer cette incroyable popularité, qui s’est échelonnée sur au moins quatre décennies. « Il y avait peut-être un certain talent d’écrivain, une façon de raconter les choses », finit-il par dire.

Il concède, en revanche, que tous les Bob Morane n’étaient pas d’égale qualité. « Il y a eu de mauvais Bob Morane et il y a eu de très bons Bob Morane ». Selon lui, La panthère des hauts-plateaux et Un parfum d’Ylang Ylang étaient « plus que de bons Bob Morane » mais de « bons livres de suspense », point final. « Mais si je les avais écrits en livres simples, on n’en aurait pas voulu. C’était le nom de Bob Morane qui intéressait les gens. »

On comprend, à demi-mot, qu’Henri Vernes s’est parfois senti prisonnier de son héros.

Il se réjouit que Bob Morane lui ait permis de passer à la postérité, mais confie, dans la foulée, que la série fut parfois une corvée pour lui.

Je n’ai pas tellement écrit des Bob Morane pour mon plaisir. J’ai écrit des Bob Morane pour gagner ma vie et que je ne savais rien faire d’autre.

Henri Vernes

Dans tous les cas, il est clair que ce succès l’a rendu riche. De quoi vivre très raisonnablement, après avoir cédé tous ses droits, il y a une dizaine d’années, à la compagnie Bob Morane inc. « C’est à un moment où j’en avais marre. » Il ne cache pas, du reste, regretter cette vente aujourd’hui. En 2012, Henri Vernes a même poursuivi ses ayants droit pour de multiples griefs. Un procès qu’il a cependant perdu.

Selon lui Tintin, l’autre grand héros de la littérature belge, a eu plus de chance de ce côté. L’héritage de son compatriote Hergé – qu’il semble, du reste, peu respecter – a, selon lui, bénéficié « d’hommes d’affaires plus intelligents que ceux qui se sont occupés de Bob Morane », des Belges qu’il décrit comme « assez malhonnêtes ».

Terroristen van Québec !

Avec tout cela, on allait presque oublier de lui parler du Québec, où il est souvent venu et a obtenu beaucoup de succès. Il faut savoir que trois livres de Bob Morane se passent dans la Belle Province, ce qui a grandement contribué à sa popularité.

Du lot, le plus connu est sans doute Terreur à la Manicouagan, lancé en 1964. En visite promotionnelle au Québec, Henri Vernes avait été invité par les gens de Manic-5 à venir contempler le barrage en construction et, pourquoi pas, y situer la prochaine aventure de son héros. Vernes avait relevé le défi. Le livre avait notamment été traduit en néérlandais, sous le titre Bob Morane en de terroristen van Québec !

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

L’auteur Henri Vernes (à droite), créateur de la série de romans jeunesse Bob Morane, lors d’un voyage dans le Nord-du-Québec

Terreur à la Manicouagan n’est pas, à ses yeux, le plus mémorable des Bob Morane, si ce n’est qu’on y voit apparaître pour la première fois le personnage de miss Ylang Ylang. Mais il garde en revanche d’excellents souvenirs de ce premier périple au Québec, où il avait été reçu comme une vedette. Jean Béliveau lui avait notamment offert un bâton de hockey autographié, qu’il avait dû laisser derrière lui, « parce que je ne pouvais pas rentrer dans l’avion avec ».

PHOTO TIRÉE DU LIVRE LES ÉDITIONS MARABOUT, 
BOB MORANE ET LE QUÉBEC

Henri Vernes et Jean Béliveau, qui lui a offert un bâton de hockey autographié, en 1964.

Son lien avec le Québec ne s’arrête pas là. En 2014, le producteur Christian Larouche a acheté les droits pour une adaptation cinématographique de Bob Morane, mais le projet n’aura pas de suite. L’écrivain Paul Ohl aurait aussi écrit le scénario pour un film, apparemment resté dans les tiroirs. Au début des années 2010 enfin, Perro Éditeur avait réédité quatre volumes de Bob Morane, dont un regroupant les trois aventures se déroulant au Québec (Le Diable du Labrador, Des loups sur la piste, Terreur à la Manicouagan).

L’affaire s’est, hélas, terminée en eau de boudin. À cause du litige opposant Henri Vernes et ses ayants droit. Bryan Perro avait préféré se retirer du jeu, par respect pour l’auteur.

La jeunesse éternelle

Une heure et quart d’entrevue et Henri Vernes ne montre aucun signe de fatigue. On sent qu’il voudrait bien nous retenir un peu plus longtemps, qu’il commençait tout juste à s’échauffer.

Sans doute est-il content de recevoir de la visite. Il faut dire qu’à son âge, Henri Vernes mène une vie très tranquille, où les jours se suivent et se ressemblent. « Je ne sors plus… même pas sur le balcon », dit-il. Ce qui ne l’empêche pas d’écouter de la musique, ainsi que la radio et la télé pour se tenir informé. Il se dit « curieux » de ce qui se passe dans le monde. Puis se ravise et admet qu’après tout il n’en a « rien à foutre ! Parce que je ne suis là que pour quelques jours, quelques années ou quelques mois ».

Il reconnaît, en fin de compte, que vieillir « n’est pas un cadeau ». Qu’il aurait bien aimé avoir 33 ans, éternellement, comme son increvable héros. Mais n’est pas Bob Morane qui veut, même pas son auteur, aussi cultissime soit-il.

« Il faut l’accepter, dit Henri Vernes, avant de nous laisser partir. Quand j’avais 15 ans, je ne pensais jamais vivre jusqu’à l’an 2000. Nous sommes en 2020. Je pourrais être mort et voilà, je suis encore là…. J’attends… Et parfois j’écris encore… dans ma tête. »

Marabout : la maison belge qui « pognait » au Québec

Bob Morane. Sylvie, hôtesse de l’air. Le Dr Spock. Pierre Daco. Doc Savage… Ces noms vous disent quelque chose ? Tous sont des « best-sellers » publiés par Marabout.

On l’a un peu oublié aujourd’hui, mais cette maison d’édition belge a connu un immense succès au Québec dans les années 60 et 70, avec ses livres de poche aux couvertures colorées qui se sont vendus, non par centaines de milliers, mais bien par millions.

« Le marché québécois fut énorme pour Marabout, extraordinaire », résume Jacques Hellemans.

PHOTO JEAN-CHRISTOPHE LAURENCE, LA PRESSE

Les recherches de Jacques Hellemans, bibliothécaire bruxellois, sur l’histoire du livre belge au Québec l’ont forcément amené à s’intéresser à la maison d’édition Marabout.

Ce bibliothécaire bruxellois n’était pas particulièrement fan de Bob Morane ni des autres publications Marabout. Mais ses recherches sur l’histoire du livre belge au Québec l’ont forcément amené à s’intéresser à cette importante maison d’édition, dont les plus de 50 ans se souviennent sûrement.

Il y a quelques mois, il en a tiré un petit bouquin très instructif intitulé Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec, paru chez Septentrion.

Marabout fut « la plus belle success story » de l’histoire de l’édition belge, souligne M. Hellemans.

La raison en est simple : cette maison d’édition a « bousculé » le milieu du livre. Dès 1949, ses fondateurs (André Gérard et Jean-Jacques Schellens) ont littéralement inventé le livre de poche francophone, en s’inspirant des pocket books américains. Petit formats, prix imbattables, il faudra attendre cinq ans pour que la France réplique avec Le livre de poche (1954) ou J’ai Lu (1958).

PHOTO TIRÉE DU LIVRE LES ÉDITIONS MARABOUT, BOB MORANE 
ET LE QUÉBEC

André Gérard et Jean-Jacuques Schellens, les fondateurs des Éditions Marabout

Entre romans jeunesse, guides pratiques, encyclopédies ou grands classiques, le répertoire de Marabout est aussi varié que ses couvertures sont flamboyantes. Cet éclectisme et ce côté attrayant, presque pop, lui permettront de rejoindre un public particulièrement large.

Grand succès au Québec

La France fera peu de place à ce concurrent belge. Mais le Québec, en revanche, lui ouvre grand les bras.

Dès 1951, Marabout devient un acteur majeur de l’édition dans la Belle Province. Les livres de compte seraient introuvables. Mais pour ce qu’on sait, la maison d’édition aurait vendu quelque 960 000 livres au Québec en 1962, et 1 200 000 deux ans plus tard. « Le Canada absorbait 30 % de la production de Marabout », souligne Jacques Hellemans.

PHOTO TIRÉE DU LIVRE LES ÉDITIONS MARABOUT, BOB MORANE 
ET LE QUÉBEC.

Dimitri Kazan représentait Les Éditions Marabout au Québec.

Ce succès s’explique d’abord par le travail acharné d’un certain Dimitri Kazan, qui représentait l’entreprise au Québec, et ensuite parce que le contexte de l’époque s’y prêtait. « Il n’y avait pas encore, au Québec, tous ces livres qui font rêver, explique Jacques Hellemans. Marabout va amener un autre type de littérature, plus légère, que la littérature française. »

Sa mise en marché est aussi « révolutionnaire ». Outre ses couvertures voyantes, Marabout vend ses livres dans des commerces qui n’ont parfois rien de littéraire (notamment des dépanneurs !), ce qui lui permet de séduire une clientèle moins habituée aux librairies. Coup de génie : la maison d’édition demande même à la vedette du Canadien Jean Béliveau de devenir son porte-voix auprès des jeunes. « Dans son marketing, Dimitri Kazan avait très bien compris la culture nord-américaine », résume Jacques Hellemans.

La maison bouscule le milieu de l’édition, mais aussi les autorités religieuses de l’époque. Échaudé par quelques couvertures trop suggestives, le clergé demandera à ce qu’on lui soumette tout le visuel des livres avant publication, quand il n’interdit pas carrément leur distribution au Québec.

Pour Marabout, ces irritants seront toutefois compensés par d’incroyables best-sellers. Qui se souvient de Prodigieuses victoires de la psychologie moderne, de Pierre Daco, ou de Comment soigner et éduquer son enfant, par le Dr Spock ?

Enfin, n’oublions pas Bob Morane, LA locomotive commerciale de Marabout au Québec, dès 1953. Pour la jeunesse québécoise, qui n’a pas encore de « culture pop » à se mettre sous la dent, la série d’Henri Vernes est une porte ouverte sur l’aventure, le voyage, le danger, de même qu’un éveil à la littérature. On se passe les livres sous le manteau, on écrit ses propres histoires « à la manière de ». Lors de ses nombreuses visites au Québec, Henri Vernes est accueilli comme une star.

PHOTO TIRÉE DU LIVRE LES ÉDITIONS MARABOUT, BOB MORANE ET LE QUÉBEC

Jean Béliveau était porte-parole de la maison d’édition Marabout.

Pour Marabout, aucun autre héros jeunesse ne fonctionnera aussi bien que Bob Morane, « sauf peut-être Doc Savage, dans les années 70 », fait remarquer Jacques Hellemans.

Mais tout ce qui monte redescend. À partir de 1973, Marabout décline progressivement, à la suite des mauvaises manœuvres de ses deux fondateurs. Le Québec est entraîné dans la débandade. Dimitri Kazan quitte le navire, et c’est Sogidès qui prend l’entreprise sous son aile. Jusqu’à ce que le groupe français Hachette l’absorbe en 1980.

Aujourd’hui, Marabout existe toujours, mais désormais, la maison d’édition se spécialise exclusivement dans les guides pratiques. Son « âge d’or » est bien passé. Mais Jacques Hellemans croit sincèrement que le milieu du livre, en Europe comme ici, lui doit une fière chandelle.

« C’est une maison qui dérangeait, conclut-il. Mais au moins, ils ont fait évoluer le secteur… »

IMAGE FOURNIE PAR SEPTENTRION

Les éditions Marabout, Bob Morane et le Québec, de Jacques Hellemans, Septentrion, 198 pages