• Accueil > 
  • Arts > 
  • Littérature 
  • > Évocation de viol: des milliers de signatures en appui à Yvan Godbout 
Source ID:dde3b1d4e0b23409b3c053a82e1d8591; App Source:StoryBuilder

Évocation de viol: des milliers de signatures en appui à Yvan Godbout

Yvan Godbout, auteur du roman Hansel et Gretel, a... (PHOTO YVES LÉGARÉ, TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK D'YVAN GODBOUT )

Agrandir

Yvan Godbout, auteur du roman Hansel et Gretel, a été arrêté puis relâché jeudi dernier sous promesse de comparaître à son procès.

PHOTO YVES LÉGARÉ, TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK D'YVAN GODBOUT 

Arrêtés puis relâchés jeudi dernier sous promesse de comparaître à leur procès le 15 avril pour «production et distribution de pornographie juvénile», l'auteur Yvan Godbout et le directeur des éditions AdA, Nycolas Doucet, sont soutenus par plus de 6800 personnes ayant signé une pétition en ligne. Alors que la Sûreté du Québec a saisi tous les exemplaires d'Hansel et Gretel, les lecteurs ayant encore le livre tiré de la série des «Contes interdits» en leur possession contreviennent-ils à la loi?

C'est la description de l'agression sexuelle d'une petite fille de 9 ans par son père qui a créé la polémique. Une page sur près de 270 qui a amené, au début de 2018, une enseignante à porter plainte contre Yvan Godbout, jugeant sa description trop «explicite». La Sûreté du Québec avait ouvert une enquête. Alors qu'aucune accusation n'est déposée à l'époque, la maison d'édition, qui avait suspendu la vente du livre, la reprend. Pourtant, l'auteur Yvan Godbout et Nycolas Doucet, le directeur général des éditions AdA, ont été arrêtés le 14 mars au matin pour «production et distribution de pornographie juvénile».

«C'est surréaliste. On ouvre la porte à quoi, exactement? Tous ceux qui ont le livre chez eux peuvent être accusés de possession de pornographie juvénile?», explique Simon Rousseau, auteur et instigateur de la série des Contes interdits.

«Techniquement, selon la lettre de la loi, si M. Godbout est accusé, les gens sont en possession de matériel de pornographie juvénile. Aux yeux de la SQ qui a saisi les livres, c'est déjà le cas», précise Me Véronique Robert, criminaliste qui avait assuré la défense du maquilleur et créateur d'effets spéciaux Rémy Couture (acquitté de corruption de moeurs).

Depuis jeudi dernier, Mathieu Fortin, directeur des ventes des éditions AdA, fait le tour des commerces distribuant le roman d'horreur d'Yvan Godbout pour récupérer tous les exemplaires et les remettre à la SQ. «Jusqu'en Europe où j'ai demandé que les exemplaires soient pilonnés. Les inspecteurs vont venir les chercher au fur et à mesure. Si cette affaire va plus loin, ça va vraiment faire jurisprudence. On va bientôt mettre des livres à l'index comme en 1900?», questionne M. Fortin. «Tout ça en fonction de la fameuse page 13 du livre, une scène construite pour ensuite faire payer le prix fort au méchant personnage», ajoute-t-il.

Joints par La Presse, leurs avocats n'ont pas donné suite à nos appels.

«J'ai lu bien pire!»

Interrogé par la police, Simon Rousseau a encore du mal à réaliser ce qui est en train d'arriver à son confrère et ami Yvan Godbout, avec qui il lui est interdit d'entrer en contact. «C'est un roman d'horreur pour adultes. Cette scène est horrible, mais dure quelques lignes. J'ai lu bien pire! Je pense notamment au Grand cahier [d'Agota Kristof], qui est en lecture obligatoire dans certains cégeps. Ça m'a paru terrible, mais dans la scène décrite par Yvan, la volonté est de montrer aux lecteurs que celui qui a commis cet acte-là est un monstre, un porc qui est solidement puni par la suite», se souvient l'auteur de romans d'horreur et initiateur des Contes interdits.

«Dans ma tête, je me suis demandé si c'était efficace comme scène d'horreur ou non. Et c'était le cas, on avait le goût de punir le violeur nous-mêmes!»

Me Véronique Robert rappelle que selon le Code criminel, la question de l'intention est centrale afin de déterminer s'il s'agit bien de matériel de pornographie juvénile. «Tout est dans l'intention. Voulait-il exciter de vieux porcs ou faire peur? La défense est à même l'article sur le mérite artistique: ça devient une question de bon ou de mauvais goût. Et on ne peut pas criminaliser le mauvais goût», précise Me Robert. «Il y a tellement pire! C'est impressionnant comme histoire», ajoute la criminaliste.

Ce que dit la loi

Selon le Code criminel canadien, la pornographie juvénile inclut «tout écrit [...] qui préconise ou conseille une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans qui constituerait une infraction à la présente loi» et «tout écrit dont la caractéristique dominante est la description, dans un but sexuel, d'une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans qui constituerait une infraction à la présente loi».

Le soutien d'artistes, de lecteurs et d'un ex-politicien

Lancée par un lecteur mécontent de l'arrestation d'Yvan Godbout et du directeur des éditions AdA, une pétition a récolté, en à peine quelques jours, plus de 6800 signatures. L'ancien député de Verchères, Stéphane Bergeron, a quant à lui utilisé les réseaux sociaux pour dénoncer la situation et suit le dossier de très près depuis les débuts de l'affaire l'an dernier. 

Auteur de deux romans d'horreur de la série Contes interdits, Louis-Pier Sicard est particulièrement inquiet pour la liberté d'expression. «Plusieurs auteurs et créateurs doivent se questionner en ce moment», lance M. Sicard. 

C'est le cas de l'auteur Patrick Senécal. «Je trouve ça complètement fou. C'est très cru, ce que j'ai lu, mais ce n'est pas un encouragement ou une apologie de la pédophilie! Par principe, je ne peux être d'accord avec le fait qu'on criminalise quelqu'un qui écrit de la fiction», précise Patrick Senécal.

«Si on met ce gars-là en prison et qu'on enlève ses livres, on va devoir enlever tous ceux du marquis de Sade! Ça peut mener loin.»

«La ligne est où? Qui décide ce qui est publiable ou non? À partir de quel mot, de quel geste ou de combien de victimes dans la fiction dépasse-t-on la ligne? C'est intenable comme situation», ajoute l'auteur qui admet avoir lui-même à deux reprises mis en scène l'agression d'enfants dans ses livres.

«Dans Les sept jours du talion, une petite fille se fait violer. Même si je ne la montre pas, on voit dans quel état elle est quand on la retrouve. Et dans Le vide, un couple loue les services de son enfant pour des services sexuels. Je ne décris pas grand-chose, mais il est clair qu'il se passe quelque chose dans la pièce à côté», note-t-il.

«Mettre un roman sur le même pied qu'un criminel qui consomme du matériel pédophile est aberrant», conclut Patrick Senécal.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer