Liberté de parole et beauté de la prose sont les deux critères de la nouvelle collection d'essais Liberté Grande chez Boréal, dirigée par Robert Lévesque, qui veut en faire une nouvelle adresse pour les écrivains capables de s'aventurer hors des sentiers de la fiction. Régine Robin, Jean-François Chassay et Wajdi Mouawad sont les premiers à avoir accepté l'invitation.

Chantal Guy LA PRESSE

«Je reviens toujours à la vieille formule de Voltaire: la circulation des idées est aussi importante que la circulation sanguine» dit Robert Lévesque, qui estime que l'essai est le parent pauvre de l'édition au Québec, en plus d'être sous-représenté dans les médias. «Sans doute parce qu'il y a toujours eu ici une espèce de peur ou de méfiance des intellectuels. Au contraire! Je voulais que les intellectuels puissent s'exprimer à l'encontre des idées reçues et des saveurs du mois. Je me suis dit qu'il fallait donner un coup de main à l'essai et essayer de rendre le genre attrayant.»

«Au contraire» était d'ailleurs le premier titre qu'il voulait donner à sa collection. Mais «Liberté Grande» est plus près de l'esprit du projet, qui réfère au titre de l'essai de Julien Gracq sur l'importance du paysage pour l'homme, et la couverture entièrement bleue de chaque titre, à son roman Un beau ténébreux. «Il est un peu le patron fantôme de la collection, ce qui signifie une insistance sur la qualité de la prose et en même temps, qu'il n'y a pas de barrières. C'est une collection dont les livres ne se ressembleront pas.»



Diversité

Les trois premiers titres de Liberté Grande prouvent cette diversité. Avec Nous autres, les autres, Régine Robin s'attaque au nationalisme québécois; Jean-François Chassay poursuit sa réflexion sur les liens entre la science et la littérature dans La littérature à l'éprouvette, tandis que Wajdi Mouawad propose un texte plus poétique sur la recherche des origines avec Le Poisson soi. Des trois, c'est sûrement le Régine Robin qui est le plus polémique. «C'est remarquable, presque une somme d'observations et d'analyses, alors que Régine Robin est une spécialiste de l'analyse de la mémoire et du discours, explique-t-il. Ce sera controversé, mais la circulation des idées provoque des accidents, parfois! Les nationalistes devront avoir de bons arguments pour répondre à cet essai.»

C'est Robert Lévesque qui les a contactés pour lancer sa collection. Sans vouloir faire «d'ego trip», c'est bien la sienne, selon ses exigences, ses goûts personnels. «Pour bien vivre et bien progresser, une collection doit être entre les mains de quelqu'un. Moi, je veux des écrivains, des gens qui réfléchissent plus que des gens qui gueulent, qui savent faire la part des choses plutôt que d'être partisan d'une idée, qui aiment prendre leurs distances.»

Le directeur de cette nouvelle collection compte publier environ quatre titres par année. À venir chez Liberté Grande: des essais de Marie-Claire Blais, Martin Winckler, André Major, Jean-Pierre Issenhuth et... Robert Lévesque.