Pour réaliser une gestion stratégique du patrimoine en ayant une vision globale de la situation, il faut acquérir des connaissances dans les aspects juridiques et la succession, la fiscalité, les finances, les placements, la retraite, l’assurance et la gestion des risques. C’est ce que doivent réaliser les planificateurs financiers pour obtenir leur titre. Pour le garder, ils doivent ensuite suivre de la formation continue. Coup d’œil sur la formation de ceux qui vous conseillent.

Martine Letarte Martine Letarte
Collaboration spéciale

Baccalauréat ou l’équivalent

Décrocher un baccalauréat ou l’équivalent est essentiel pour obtenir le titre de planificateur financier. Il peut être en administration ou en finance, avec un profil en planification financière. Il est aussi possible d’obtenir un baccalauréat par cumul de certificats, dont un en planification financière. Pour ceux qui ont un baccalauréat dans un autre domaine et deux années d’expérience dans l’un des volets de la planification financière personnelle, il est possible de réaliser le programme exécutif de l’Institut québécois de la planification financière (IQPF). Il comprend six modules en ligne d’environ 24 heures de travail chacun sur les grands domaines de la planification financière. Après chaque module, il faut réussir un examen de trois heures en classe.

« Le programme se fait au rythme de chacun, mais souvent, les gens terminent environ un module par mois », constate Jocelyne Houle-LeSarge, présidente-directrice générale et secrétaire de l’IQPF.

Formation professionnelle

Les futurs planificateurs financiers doivent ensuite réaliser la formation professionnelle de l’IQPF qui se déroule en classe et en ligne.

« À l’université, les étudiants voient les différents domaines de la planification financière en silo et dans ce cours, nous les amenons à intégrer toutes ces connaissances et à voir comment un volet influence l’autre », explique Jocelyne Houle-LeSarge.

Ce travail passe beaucoup par des études de cas. La formation professionnelle dure trois mois et il faut ensuite réussir l’examen, puis demander le titre de planificateur financier auprès de l’Autorité des marchés financiers.

Formation continue

Les planificateurs financiers doivent, pour conserver leur titre, réaliser pour chaque cycle de deux ans 40 heures de formation continue, dont 10 en conformité, éthique et pratique professionnelle.

« Par exemple, ça peut toucher les personnes vulnérables, affirme Mme Houle-LeSarge. Comment les conseiller et quoi faire si on réalise qu’il y a de l’abus financier ? »

Les mises en situation de la formation continue de l’IQPF sont d’ailleurs élaborées avec la participation d’un psychologue.

Les planificateurs financiers doivent aussi garder leurs connaissances techniques à jour, notamment en matière de fiscalité.

« Il faut investir beaucoup de temps pour toujours rester à la fine pointe et il faut bien intégrer les informations pour être capable de les vulgariser en fonction des objectifs du client », indique Nancy D’Amours, planificatrice financière, formatrice pour l’IQPF et co-mentore pour le module de fiscalité.

Avoir une bonne écoute et de l’empathie

Je crois que c’est ce qui fait qu’un planificateur financier aura du succès. Parce que tout le monde peut acquérir des connaissances techniques.

Jocelyne Houle-LeSarge, présidente-directrice générale et secrétaire de l’IQPF

Établir une relation de confiance avec le client

C’est ce qui fait vraiment une différence, surtout alors que des robots peuvent maintenant faire une partie de notre travail.

Nancy D’Amours, formatrice pour l’IQPF