La Fondation de l’Institut de cardiologie de Montréal, Centraide, Concordia et même sa propre fondation : Lino A. Saputo Jr. ne manque pas de causes dans lesquelles s’impliquer. En entrevue avec La Presse, le président et chef de la direction de Saputo explique pourquoi il s’efforce de redonner à la communauté.

Emilie Laperrière Emilie Laperrière
Collaboration spéciale

Q. Pourquoi avez-vous décidé de vous impliquer dans la Fondation de l’Institut de cardiologie de Montréal ?

R. J’étais au conseil d’administration depuis quelques années, et mon père a aussi été soigné à l’Institut pour un infarctus du myocarde. J’avais donc beaucoup de motivation. Quand Henri-Paul [Rousseau, ancien président du conseil d’administration] a annoncé qu’il prenait sa retraite, il m’a nommé comme son successeur, et j’étais très honoré de prendre la relève.

Q. Quel est votre rôle en tant que président du conseil d’administration ?

R. La Fondation soutient l’Institut dans sa poursuite de l’excellence. Elle s’assure qu’il y a une continuité et une progression de l’organisme. Mon rôle, c’est de m’assurer qu’en matière de gouvernance, de discipline, on fait les bonnes choses. Je suis le rassembleur de tous les comités. Je dois voir à ce que les fonds soient bien investis, à ce qu’on ait les bonnes personnes en place pour les campagnes de financement.

Q. Dans quelles autres causes êtes-vous impliqué ?

R. Je suis impliqué depuis longtemps avec Centraide, ici, à Montréal. J’étais le coprésident de la campagne de 2012 avec Louis Vachon. Depuis, j’occupe d’autres fonctions. C’est une cause qui me tient à cœur. On vit dans une ville qui nous offre beaucoup d’occasions, mais c’est sûr que tout le monde ne vit pas dans une situation où il a les moyens de vivre au jour le jour. Centraide, qui connaît bien les besoins de la population dans chaque quartier, a l’expertise pour l’aider.

Je suis aussi impliqué dans la campagne de financement de Concordia, mon université. Et je participe à des évènements et des soirées pour d’autres causes.

PHOTO FOURNIE PAR SAPUTO

Amelia Saputo et son mari, Lino A. Saputo Jr., ont créé 
la Fondation Amelia et Lino Saputo Jr. en 2011.

J’ai également créé ma propre fondation avec ma femme, consacrée aux enfants en milieu défavorisé. Elle favorise l’éducation, que ce soit par l’aide aux devoirs, l’encadrement ou l’activité physique. Ça nous touche parce qu’on a détecté que notre fils Emanuele souffrait de dyslexie lorsqu’il était en première année. Heureusement, on avait les moyens pour l’aider dans ses démarches et consulter des spécialistes. De nombreuses familles n’en ont toutefois pas les moyens. C’est notre obligation de redonner à la communauté.

Q. La philanthropie fait partie des valeurs de Saputo. Quel est l’engagement communautaire de votre entreprise ?

R. Parce que nous sommes dans le domaine de l’alimentation et que nous offrons des produits bons pour la santé, on se concentre sur l’activité physique et la nutrition. Tant à l’interne qu’à l’externe avec nos partenaires, on s’efforce de promouvoir une vie bien balancée.

Q. Personnellement, qu’est-ce qui vous pousse à redonner à la communauté ?

R. Il ne faut pas se cacher que j’ai une vie très privilégiée. Mes parents ont travaillé très fort, mais je n’avais pas à m’en faire. J’allais à l’école, mes livres étaient payés, il y avait de la nourriture sur la table tous les jours, je faisais du sport à l’école… J’ai grandi et je vis encore dans un milieu privilégié. Donc, je savais que, quand j’en aurais les moyens, ce serait mon devoir de redonner à la communauté parce qu’on ne vit pas sur cette Terre seul. On vit avec les autres citoyens au quotidien, et tout le monde n’a pas la même chance. Il faut redonner quand on le peut.

L’autre chose qui me motive, c’est le pouvoir de changer des vies. Avec mon influence, je peux encourager d’autres personnes privilégiées à aider leur communauté.