Pour certains couples à bout, c’est le rêve : un conjoint qui reste à la maison pour s’occuper des enfants. Mais est-ce viable financièrement alors que la vie coûte cher et que les projets sont nombreux ?

Martine Letarte
Martine Letarte Collaboration spéciale

La situation

Geneviève et William*, qui ont tous les deux 30 ans, viennent d’avoir leur premier enfant, et le deuxième est déjà dans leurs pensées. Le couple, marié, a décidé que Geneviève resterait à la maison. Même s’ils ont fait un budget, ils veulent s’assurer qu’ils ne vivent pas au-dessus de leurs moyens, et ils ont plusieurs projets en tête.

« Lorsque l’hypothèque de notre condo arrivera à terme dans quatre ans, nous aimerions acheter une maison et louer notre condo. Est-ce réaliste ? Comment maximiser notre épargne pour y arriver ? », demande William. Les amoureux pensent à refaire leur cuisine avec un budget d’environ 10 000 $ en installant eux-mêmes des produits IKEA. « Est-ce un bon investissement ? »

Des questions surgissent aussi par rapport à leur terrain à Saint-Donat, où le couple prévoit construire un chalet et le louer lorsqu’il n’y est pas. « Est-ce une bonne idée ? Devrions-nous prioriser ce projet afin de rentabiliser le terrain ? », demande William. Enfin, le couple aimerait également acheter une propriété à revenus et se demande comment bien s’y préparer. « Quels projets devrions-nous mettre en priorité ? »

Les chiffres

Revenus d’emploi de William : 108 000 $ par année
Bonus probable cette année : 15 000 $ (objectif : rembourser la marge étudiante)
Assurance vie avec l’employeur : 225 000 $
Allocations familiales de Geneviève : 3880 $
REER : 3400 $ (profil risqué, 90 % croissance, 10 % revenus fixes)
REEE : 500 $ (100 $ de cotisation par mois)
CELI (fonds d’urgence) : 11 000 $
CELI : 550 $ (investi en Bourse)
Compte conjoint : 2000 $
Compte d’épargne (vacances et projets) : 4860 $
Condominium du couple : valeur de 240 000 $
Terrain à Saint-Donat : 21 000 $, payé
Prêt étudiant : 23 000 $
Marge étudiante : 14 500 $
Prêt auto : 200 $ à payer bimensuellement

À payer mensuellement : 800 $ pour rembourser le prêt étudiant, la marge et le prêt auto
3400 $ en dépenses courantes, REEE et versements dans le compte d’épargne
Total : 4200 $

Revenus mensuels nets : 5000 $
Surplus : 800 $ mensuellement

Vivre à l’intérieur de ses moyens

Bonne nouvelle : le couple vit à l’intérieur de ses moyens, d’après Simon Préfontaine, planificateur financier chez Lafond Services Financiers. « Compte tenu de ses revenus, il dépense même moins que la moyenne », ajoute-t-il.

À ses yeux, la variable la plus importante pour déterminer si Geneviève et William pourront réaliser leurs projets est ce qu’ils feront avec les 800 $ de surplus chaque mois.

Épargner pour la retraite

Simon Préfontaine remarque qu’actuellement, le couple ne fait aucune épargne pour sa retraite, bien que 3400 $ soient investis dans un REER et 550 $, dans un CELI. En gardant la composition du portefeuille à 90 % croissance et 10 % revenus fixes, les normes de l’Institut québécois de la planification financière (IQPF) prévoient un rendement d’environ 6 %. De plus, si William garde un revenu d’emploi semblable, il aura le maximum du Régime de rentes du Québec (RRQ). Sa conjointe et lui auront également la pension de la Sécurité de la vieillesse.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Simon Préfontaine, planificateur financier chez Lafond Services Financiers

Le planificateur financier a fait des projections pour que William puisse prendre sa retraite à 65 ans et que le couple puisse avoir le même train de vie, donc 3400 $ de dépenses en y ajoutant l’inflation et en considérant que les prêts ont été remboursés. « Avec la même composition du portefeuille, le couple devrait investir 260 $ par mois en REER, ce qui lui donnerait un remboursement d’impôt qu’il pourrait dépenser ailleurs, ou 190 $ en CELI dans lequel on laisserait les revenus de placements pour qu’ils fructifient à l’abri de l’impôt. »

Simon Préfontaine conseille toutefois à William d’investir davantage pour ses vieux jours. « J’ai pris en considération que leur train de vie sera le même à 65 ans, mais généralement, les gens veulent se payer plus de luxe en vieillissant. Heureusement, le temps joue pour eux ! Ils ont peu d’épargne, mais ils ont plusieurs années pour investir, et l’intérêt composé les aidera à se préparer une retraite confortable. »

Que faire avec l’appartement en copropriété ?

D’abord, parlons de rénover la cuisine. « Cela permet normalement plus ou moins de rentrer dans son argent, tout dépendant de la façon dont c’est fait, affirme Simon Préfontaine. Les rénovations attirent certains acheteurs, mais elles en repoussent d’autres. »

Comme le couple a plusieurs autres projets en tête et qu’il ne prévoit pas rester longtemps dans son condo, il pense que ce projet de rénovation pourrait être mis de côté pour investir ces 10 000 $ ailleurs.

Lorsque le couple achètera une maison, le planificateur financier n’est pas convaincu que garder le condo pour le louer est une bonne décision pour faire fructifier son argent. « Il n’y aurait pas d’économie d’échelle parce qu’on parle d’une unité pour laquelle on paye des frais de condo, explique-t-il. Ce serait différent si on parlait d’une propriété avec plusieurs unités et que William s’en occupait lui-même. Il deviendrait de plus en plus efficace et il pourrait appliquer ces gains sur plusieurs unités. »

Il conseille donc au couple de vendre le condominium et d’utiliser cet argent pour réaliser d’autres projets.

Acheter une maison

Quelle valeur le condominium prendra-t-il en quatre ans ? Est-ce que le couple veut un petit bungalow, ou une grande maison à étage avec piscine creusée ? Les réponses à ces questions permettront de savoir à quel point l’épargne est essentielle afin d’avoir la mise de fonds pour acheter la maison.

« C’est certain qu’il est mieux d’être prudent et de mettre des sous de côté pour réaliser ce projet », affirme Simon Préfontaine.

Comme les taux d’intérêt des comptes d’épargne sont bas actuellement, il conseille au couple d’opter pour un CELI, avec un portefeuille prudent pour viser un rendement d’environ 3 ou 4 %, dont les sommes sont disponibles en tout temps.

Acheter une propriété à revenus

Aux yeux de Simon Préfontaine, si l’immeuble à revenus a de bonnes chances d’être plus avantageux que le condo en location, ce n’est pas non plus gagné d’avance.

« Le couple devrait discuter avec des gens qui ont des propriétés à revenus depuis longtemps, dit-il. Il faut faire l’entretien, des travaux, il est possible d’avoir de gros problèmes avec des locataires, etc. Oui, des gens ont fait beaucoup d’argent avec des triplex, mais d’autres en ont perdu et il est possible d’investir son argent ailleurs pour faire des profits. »

Il faudra aussi, bien sûr, épargner pour réaliser ce projet. « En plus de l’épargne mensuelle dans un CELI, le couple pourrait y ajouter par exemple les bonus annuels de William, ce qui permettra d’amasser rapidement une bonne somme », suggère Simon Préfontaine.

Construire un chalet

La construction d’un chalet vient aussi avec une grande part d’inconnu. « Il faudra demander des soumissions pour évaluer le coût du projet, affirme Simon Préfontaine. Puis, des problèmes peuvent toujours arriver au cours de la construction, donc il faut avoir des sous de côté en prévision. »

Il faut aussi s’assurer que la location à court terme est permise dans le secteur où est situé le terrain et évaluer combien de jours par année, et à quel prix, le chalet pourra être loué. « Pour décider s’ils construisent un chalet, ils doivent regarder la rentabilité du projet, mais aussi à quel point il améliorera leur qualité de vie. »

Ainsi, avant de prendre toute grande décision, Simon Préfontaine conseille à Geneviève et à William de rencontrer un planificateur financier afin de réaliser un plan global en tenant compte de leurs priorités. « C’est certain aussi que leurs priorités changeront au fil des ans, alors il faudra toujours ajuster le plan et les stratégies pour réussir à atteindre leurs différents objectifs. »

* Bien que le cas mis en lumière dans cette rubrique soit réel, les prénoms utilisés sont fictifs.

Vous planifiez un projet qui demande une utilisation judicieuse de votre argent ? Vous avez des problèmes financiers ?

Soumettez 
 votre cas à l’équipe de Train de vie