Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Une firme new-yorkaise spécialisée dans les sciences de la vie vient de bonifier substantiellement son investissement dans Neptune, un fournisseur lavallois de produits à base de cannabis.

Perceptive Advisors a révélé cette semaine aux autorités boursières avoir acheté le 19 mai pour 12,5 millions de dollars américains d’actions de Neptune. Perceptive Advisors a ainsi entamé le mois de juin avec une participation dans Neptune qui frôle les 20 %. Cette firme d’investissement de New York est de loin le plus important actionnaire de Neptune. Sa participation a plus que doublé depuis un an.

***

Le gestionnaire de portefeuille Cimon Plante, affilié à la Financière Banque Nationale, admet être surpris par la vigueur du rebond boursier. Il croit néanmoins le niveau soutenable. « Je suis prêt à en mettre ma tête sur la bûche », jure-t-il dans une note envoyée vendredi à ses clients.

La principale raison, dit-il, c’est qu’il n’y a pas de solution de rechange au marché boursier. « Les autres choix offrent des rendements potentiels sous le niveau de l’inflation. » Et sur le plan économique, la situation semble moins dramatique qu’anticipé, ajoute-t-il.

Il est, selon lui, raisonnable de croire que d’ici trois à cinq ans, la vie reprendra son cours et que les multinationales passeront au travers de la tempête. « Il est important de se rappeler que la Bourse n’est pas le reflet de l’ensemble des entreprises d’un pays, mais le reflet de ses plus grandes sociétés. »

S’il se dit incapable de dire si le prochain mouvement de 15 % en Bourse sera à la hausse ou à la baisse, il pense que la prochaine variation de 30 %, elle, sera à la hausse. Et c’est pourquoi il dit acheter sur faiblesse.

***

Des documents réglementaires enregistrés cette semaine révèlent que Jarislowsky Fraser a acheté des actions d’Uni-Sélect tout au long du mois de mai pour ainsi augmenter sa participation dans le fournisseur de pièces d’auto de Boucherville. Jarislowsky a amorcé juin en détenant l’équivalent de 11 % des actions d’Uni-Sélect.

***

L’émission d’actions annoncée au début juin par la montréalaise WSP relance la spéculation entourant l’acquisition de l’américaine AECOM. Des rumeurs de mariage entre les deux entreprises avaient circulé en début d’année. « Si la transaction se concrétise, ça serait formidable pour WSP puisque ça faciliterait instantanément un meilleur accès au marché américain », souligne Charles Marleau, chez Gestion Palos, dans sa lettre financière hebdomadaire.

***

L’analyste Michael Van Aelst, de la TD, a indiqué à ses clients mercredi qu’il s’attend à ce que Couche-Tard dévoile le 29 juin des résultats trimestriels « à couper le souffle ». En anglais, il parle d’un « blowout event ». Il s’agira des résultats de fin d’exercice de Couche-Tard. « Dans le secteur de la consommation de base, les investisseurs regarderont Couche-Tard comme une des meilleures façons d’investir dans la réouverture de l’économie. Et le bon bilan et les liquidités de l’entreprise lui offrent la possibilité de capitaliser sur des occasions d’acquisitions. »

***

Le gestionnaire d’actifs Fidelity a révélé cette semaine avoir haussé à plus de 10 % sa participation dans Dorel durant le mois de mai. Fidelity a amorcé juin avec 13 % des actions de catégorie B du fabricant montréalais de vélos, meubles et sièges d’auto pour enfants.

***

Le fonds de placement immobilier québécois Cominar a perdu une recommandation d’achat en début de semaine. Bien qu’il estime le titre sous-évalué, l’analyste de la TD, Jonathan Kelcher, souligne qu’il se négocie avec une prime par rapport aux comparables. Il ne croit pas que ce soit justifié dans le contexte actuel.