Il en aura fallu du temps pour que les institutions financières soient obligées de relever le paiement minimum sur les cartes de crédit. Mais finalement, c’est parti ! À partir du 1er août prochain, les émetteurs devront commencer à augmenter le pourcentage du solde que les clients doivent rembourser au minimum tous les mois.

Stéphanie Grammond Stéphanie Grammond
La Presse

Et encore, le changement s’appliquera graduellement sur six ans pour ne pas étrangler les clients qui traînent un solde impayé sur leur carte.

Selon les nouvelles dispositions de la Loi sur la protection du consommateur (LPC), le paiement ne pourra être inférieur à 2 % à partir du 1er août prochain. Ce seuil minimal augmentera ensuite d’un demi-point de pourcentage par année jusqu’à 5 %. Toutefois, le paiement minimum de 5 % s’appliquera immédiatement sur les nouvelles cartes.

Ce n’est donc qu’en 2025 que le paiement minimum s’établira à 5 % pour tout le monde. Ce n’est pas trop tôt ! Ça fait plus que 15 ans qu’on en parle. Le projet de loi 24 déposé en 2011 prévoyait déjà l’augmentation du paiement minimum à 5 %. Mais il est mort au feuilleton.

Enfin, nous y voilà. Et c’est une excellente nouvelle pour les consommateurs. À 2 %, les consommateurs ne remboursent pratiquement pas de capital. Ils sont donc condamnés à payer des intérêts pour l’éternité.

Disons que vous avez un solde de 1000 $ sur une carte de crédit à 19,9 % d’intérêts. Avec un paiement de 2 %, il vous faudra près de 26 ans pour rembourser votre dette au complet, sans faire aucun nouvel achat avec votre carte. Dans l’intervalle, vous aurez payé quelque 3000 $ d’intérêts, soit trois fois la somme empruntée au départ. Ruineux !

Avec un paiement minimum de 5 %, la durée de remboursement rétrécit à six ans et la facture d’intérêts est presque sept fois moins élevée, comme le démontre un outil de calcul élaboré par l’Office de la protection du consommateur (OPC).

Pour les consommateurs qui ont des dettes plus élevées, la hausse du paiement minimum est encore plus frappante. Devinez combien il faut de temps pour rembourser un solde de 10 000 $ en payant seulement 2 % du solde par mois ? 82 ans ! Si vous ne mourez pas avant, vous payerez presque 47 000 $ d’intérêts durant cette période. Loufoque !

En remboursant 5 % par mois, il faudra 12 ans pour éliminer la dette. Et les intérêts seront presque 10 fois moins élevés, autour de 5000 $.

Mais ça reste beaucoup trop !

Le paiement minimum est un piège qui peut vous entraîner dans une spirale de surendettement.

Je l’ai déjà dit et je le répète. La carte de crédit porte mal son nom. Elle ne devrait jamais servir au crédit. Les taux d’intérêt sont beaucoup trop élevés. Certains émetteurs vont même profiter des changements imposés par Québec pour relever leur taux d’intérêt. C’est le cas de la Banque Nationale, qui va hausser son taux de 19,99 % à 20,99 % à partir du 1er août.

En fait, les détenteurs devraient toujours rembourser leur solde au grand complet avant l’échéance. Malheureusement, 42 % des Canadiens traînent un solde impayé sur leur carte de crédit, selon l’Association des banquiers canadiens, une statistique qui me fait toujours frémir.

Ces consommateurs se retrouvent à payer des intérêts élevés sur toutes leurs transactions. Il est vrai que les titulaires de carte de crédit ont droit à un délai de grâce, c’est-à-dire une période sans intérêts entre le moment de leur achat et la date où leur paiement est dû.

Mais s’il manque ne serait-ce qu’un misérable cent à leur paiement, ils doivent payer les intérêts sur l’ensemble de leurs achats, rétroactivement à partir de la date de la transaction.

Alors, ne tombez pas dans le panneau. Faites votre paiement au complet avant la date d’échéance. Et pour éviter de perdre le contrôle de vos dépenses, pourquoi ne pas rembourser chaque semaine ou dès que vous faites une grosse dépense ?

Si vous n’arrivez pas à faire vos paiements au complet, il existe plusieurs solutions pour vous débarrasser de ce boulet.

1- Migrer vers une carte de crédit à taux réduit. Par exemple, la carte La Vraie Ligne de MBNA (frais annuels 39 $) et la Carte Essentielle American Express (sans frais) ont un taux de 8,99 %.

2- Profitez d’une offre de transfert de solde vers une nouvelle carte de crédit qui donne accès à un taux promotionnel pour une durée limitée (par exemple : 0 % pour 10 mois avec La Vraie Ligne MBNA). Mais pour bénéficier entièrement de ce taux avantageux, il ne faut pas faire de nouvel achat avec la carte.

3- Ne payez pas votre facture à la dernière minute. Si vous passez tout droit, plusieurs cartes font grimper le taux d’intérêt quand vous payez en retard.

4- Faites une consolidation de dettes. Votre banquier peut regrouper en un seul prêt à taux inférieur toutes vos dettes de cartes de crédit à taux astronomique. Cela vous donnera une bouffée d’oxygène et un calendrier de remboursement fixe vous imposera une discipline de paiement. Annulez vos cartes après les avoir vidées. Sinon, vous risquez de les remplir à nouveau et de vous retrouver avec deux fois plus de dettes.

5- Allez voir une association de consommateurs (ACEF) ou un syndic en insolvabilité qui vous aidera à remettre votre budget en ordre et à surmonter vos dettes.

6- Mais surtout, n’allez pas voir tous ces vautours qui profitent des consommateurs vulnérables pour leur offrir des solutions miracles qui finissent par les couler. Ce n’est pas parce qu’ils s’annoncent à la radio ou dans le métro que leurs activités sont légitimes. D’ailleurs, de nouvelles règles de la LPC qui entrent aussi en vigueur le 1er août devraient permettre de faire le ménage dans cette industrie malsaine qui fait de l’argent sur le dos des gens en détresse financière.