Source ID:e42678c6-6f7c-40c7-9911-96bd839834e9; App Source:alfamedia

Train de vie

Partir à la retraite, partir en affaires... et partir en voyage

Nicole et Bernard aimeraient partir tôt à la... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Nicole et Bernard aimeraient partir tôt à la retraite, tout en lançant une entreprise et en faisant un ou deux voyages par année. Est-ce possible ?

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Nathalie Côté

Collaboration spéciale

La Presse

Partir à la retraite plus tôt tout en lançant une entreprise pour arrondir ses fins de mois et voyager est une idée séduisante. Mais est-elle réaliste ?

La situation

Nicole et Bernard ont tous les deux subi les aléas du marché du travail. Il y a quelques années, la femme aujourd'hui âgée de 53 ans a perdu un bon emploi dans le cadre d'une restructuration. Elle a décroché un nouveau poste ailleurs depuis, mais son travail ne lui convient pas réellement. Elle aimerait le laisser tomber dans deux ou trois ans. « Je souhaite réduire le rythme, notamment pour avoir plus de temps avec mes petits-enfants », explique Nicole.

Son conjoint, 52 ans, a récemment perdu son emploi lui aussi. Plutôt que d'en chercher un nouveau, il s'est lancé dans la livraison comme travailleur autonome. L'objectif est que les deux membres du couple travaillent dans la petite entreprise éventuellement. Ils souhaitent générer un revenu d'environ 25 000 $ par an. Cela leur permettrait de combler le manque à gagner de leur budget et de se gâter un peu, espèrent-ils.

Jusqu'à maintenant, l'aventure leur demande toutefois beaucoup plus de temps qu'ils l'avaient imaginé. « Je ne sais pas si on va poursuivre dans cette voie encore longtemps, avoue Nicole. Si cette entreprise ne fonctionne pas, nous allons trouver autre chose pour avoir un revenu additionnel. Je pourrais travailler de la maison comme adjointe virtuelle. Bernard, lui, pourrait décrocher un poste de livreur ou de camionneur puisqu'il a le permis requis. Ça devrait être facile pour lui. »

Les chiffres

Nicole :

Revenu :  43 000 $

Compte de retraite immobilisé (CRI) :  97 700 $

Régime enregistré d'épargne retraite (REER) :  103 500 $

REER de conjoint :  56 800 $

Compte d'épargne libre d'impôt (CELI) :  6000 $

Bernard

Revenu : 25 000 $

REER : 103 800 $

CRI :  132 500 $

Données communes 

Maison : 310 000 $ (hypothèque de 84 000 $ sur 21 ans)

Coût de vie estimé :  54 000 $ par an

Marge de crédit :  70 000 $

Régime de rente du Québec (montant actuel) à 65 ans :

Nicole :  749 $

Bernard :  781 $

Voyages

Leur budget de retraite est estimé à 54 000 $ par année. Cette somme serait puisée à même leurs économies. Les revenus tirés de l'entreprise viendraient s'y ajouter.

Leurs calculs incluent 4500 $ par an pour partir en voyage.

« C'est très important pour nous, nous aimerions voyager une à deux fois par année sans compromettre le reste. »

- Nicole

Elle aimerait bien aller en Europe et aux États-Unis. Elle est toutefois consciente que son budget lui permettra sans doute un seul voyage par an.

Le couple est propriétaire d'une maison qu'il aimerait vendre vers l'âge de 70 ans. Appartement ou condo ? Sa décision n'est pas encore prise quant à l'endroit où il habitera ensuite.

Mais d'abord, le couple veut savoir si ses prévisions tiennent la route.

La solution

Malheureusement pour le couple, il devra revoir son train de vie et ses objectifs. « Selon les rendements historiques moyens des placements du couple, un retrait annuel de 54 000 $ indexé épuisera totalement son capital en 11 ans », calcule Hadi Ajab, planificateur financier au Centre financier Carrefour. Or, le couple pourrait bien passer près de 40 ans à la retraite !

Hadi Ajab, planificateur financier au Centre financier Carrefour. Photo... - image 5.0

Agrandir

Hadi Ajab, planificateur financier au Centre financier Carrefour. Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Si ses projets d'entreprise rapportaient réellement 25 000 $ par an, ce qui demeure très incertain actuellement, cela aiderait sa situation. Mais il aurait néanmoins besoin d'une planification détaillée, de se serrer la ceinture et surtout, de rembourser ses dettes !

Vendre la maison ne réglerait pas tout non plus, car les dettes sont importantes. Cela leur permettrait seulement de gagner quelques années de retraite de plus si l'argent de la vente était investi.

Lors de son renouvellement d'hypothèque l'an prochain, le couple aurait avantage à réunir son hypothèque et sa marge dans un même prêt.

S'attaquer aux dettes

Ensuite, il devrait rembourser le tout selon un échéancier précis et relativement court idéalement.

Lorsque des retraités sont dans une situation confortable, payer une hypothèque n'est pas nécessairement problématique, convient M. Ajab. Dans ce cas-ci, les dettes créent toutefois une grande pression sur le budget à la retraite.

« S'ils retirent 5000 $ de leur REER pour payer l'hypothèque, par exemple, il ne leur restera que 4000 $ après les déductions à la source de 20 %. Cela revient cher. »

- Hadi Ajab, planificateur financier au Centre financier Carrefour

Sans compter qu'ils ont des taux d'intérêt variables sur la marge et l'hypothèque et qu'ils sont à la hausse actuellement.

Ensuite, le couple devrait revoir ses investissements avec un planificateur financier. « Leurs placements présentent des profils très différents même s'ils ont pourtant tous le même objectif, soit la retraite, indique M. Ajab après avoir étudié les relevés de placement du couple. Le REER du conjoint de Nicole a un rendement de 6,54 % alors que son propre REER en a un de 1,8 %, par exemple. Cela me semble anormal. »

La marge de crédit de Nicole et Bernard a notamment été gonflée par différents imprévus : travaux sur la maison, réparation du camion, etc. L'idéal pour eux serait donc d'utiliser un CELI pour constituer un fonds d'urgence d'environ 14 000 $. Cela leur permettra d'arrêter de piger dans la marge.

Désimmobiliser les CRI

Par ailleurs, comme le couple est encore jeune, commencer à désimmobiliser leurs CRI dès maintenant serait une bonne stratégie.

« Le gouvernement impose des montants minimums et maximums pour les retraits à partir d'un certain âge, explique M. Ajab. Ils auraient donc avantage à transférer des sommes dans le REER. Ils n'auront pas d'économies d'impôt additionnelles, mais ils vont gagner de la flexibilité pour les retraits. C'est une stratégie un peu complexe, mais c'est faisable et ce serait bénéfique pour le couple. »

Vous planifiez un projet qui demande une utilisation judicieuse de votre argent ? Une nouvelle maison, l'arrivée d'un enfant, une année sabbatique, un changement d'emploi, le règlement de vos dettes ou la retraite ? Écrivez-nous en cliquant ici.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer