Source ID:21852783-028a-48f2-ac36-fb15e4fe0b99; App Source:alfamedia

Évitez les biotechs et les FPI

« Évitez les fiducies de placement immobilier et... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Évitez les fiducies de placement immobilier et le secteur des biotechnologies aujourd'hui et dans l'avenir proche. Leurs évaluations reflètent le manque d'alternatives intéressantes ailleurs dans le marché ainsi que le contexte actuel de très faibles taux d'intérêt », estime Owen Gibbons, gestionnaire de portefeuille chez Van Berkom et Associés, à Montréal.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Richard Dufour

Chaque semaine, un financier répond à nos questions. Il donne sa lecture des marchés, offre son point de vue sur la Bourse et lance quelques conseils d'investissement. Cette semaine, Owen Gibbons, chez Van Berkom à Montréal.

Owen Gibbons est gestionnaire de portefeuille chez Van... (PHOTO FOURNIE PAR VAN BERKOM ET ASSOCIÉS) - image 1.0

Agrandir

Owen Gibbons est gestionnaire de portefeuille chez Van Berkom et Associés, à Montréal.

PHOTO FOURNIE PAR VAN BERKOM ET ASSOCIÉS

Quel a été l'événement le plus significatif des derniers jours en Bourse ?

L'activité sur le marché boursier a été plutôt calme cette semaine. L'événement le plus important s'est à mon avis produit sur le marché obligataire européen où les rendements des obligations ont rapidement grimpé, ce qui, j'en conviens, n'est rien de très excitant pour le petit investisseur.

Quel indicateur suivez-vous le plus attentivement ?

Je n'accorde pas une attention particulière aux indicateurs parce que je suis un investisseur de type « bottom-up », c'est-à-dire que j'investis dans des entreprises tout au long du cycle économique. Parfois, certains indicateurs peuvent vous aider à décider quand investir, mais plusieurs indicateurs, par exemple l'indice de confiance des consommateurs, ont un impact à très court terme sur les marchés. La plupart des indicateurs laissent entendre en ce moment que nous sommes en plein coeur de la phase de reprise du cycle économique. La valeur de ces indicateurs est donc quelque peu limitée à mon avis. Néanmoins, l'indicateur le plus important, selon moi, demeure le niveau des taux d'intérêt au Canada et aux États-Unis. C'est ce qui va déterminer l'activité dans le marché au cours des 12 à 18 prochains mois.

Que feriez-vous avec plusieurs milliers de dollars à investir ?

À ce stade-ci du cycle économique, il ne faut pas espérer obtenir un rendement très élevé à court terme sur un placement en Bourse. Je recommanderais toutefois l'achat des actions de deux titres de qualité de petite capitalisation boursière aux États-Unis. Ces deux titres peuvent être qualifiés d'investissements défensifs. Il s'agit de Grand Canyon Education et de Chicago Board Options Exchange (CBOE). Ces deux titres offrent une croissance à long terme largement indépendante du cycle économique. Les deux entreprises génèrent de superbes rendements sur les capitaux. Dans le cas de Chicago Board Options Exchange, la volatilité dans le marché boursier est positive puisque le CBOE est propriétaire de la franchise VIX (l'indice de volatilité). Compte tenu de la façon dont les marchés ont progressé depuis cinq ans (en ligne droite), il est probablement sage de sélectionner un titre qui va bien performer dans un marché volatil ou baissier.

Quel placement évitez-vous à tout prix ?

Évitez les fiducies de placement immobilier (REIT) et le secteur des biotechnologies aujourd'hui et dans l'avenir proche. Leurs évaluations reflètent le manque d'alternatives intéressantes ailleurs dans le marché ainsi que le contexte actuel de très faibles taux d'intérêt. La hausse éventuelle des taux ne sera pas favorable à ces secteurs.

Qu'est-ce que les marchés sous-estiment le plus ?

Les marchés sous-estiment le rythme auquel l'inflation augmente dans l'économie américaine. Le marché américain de l'emploi s'est significativement resserré depuis un an et les salaires sont de nouveau en hausse. Des États industriels comme l'Indiana, par exemple, où l'on retrouvait le taux de chômage le plus élevé sont maintenant les États où le taux de chômage est parmi les plus faibles aux États-Unis. Cette situation met de la pression sur les coûts. Ça représente aussi ce qu'on appelle un « vent de face » pour les entreprises du secteur des services comme dans la restauration par exemple. Cette inflation pourrait aussi forcer la Fed à hausser les taux plus rapidement que prévu, ce qui serait mauvais pour le marché boursier.

LE PARCOURS D'OWEN GIBBONS

Owen Gibbons est gestionnaire de portefeuille de Van Berkom et Associés à Montréal. Il se spécialise dans les titres américains à petite capitalisation. Avant de se joindre à Van Berkom, il a notamment travaillé chez Morgan Stanley, Deutsche Asset Management et Natcan. L'actif sous gestion chez Van Berkom s'élève à 4,3 milliards de dollars.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer