Même si l’enseigne Déco Découverte, une propriété de La Baie d’Hudson, est disparue, certains de ses baux ne sont pas terminés. Or, les paiements ont cessé, affirment le Carrefour de la Rive-Sud et le Faubourg Boisbriand dans des poursuites obtenues par La Presse. Deux recours qui s’ajoutent à celui intenté par Place Rosemère.

Marie-Eve Fournier Marie-Eve Fournier
La Presse

Jusqu’ici, ce sont donc au moins 10 actions en justice qui ont été entreprises contre La Baie d’Hudson (HBC) par des centres commerciaux au Québec pour non-paiement de loyer.

Celle intentée par le Carrefour de la Rive-Sud précise que HBC y a loué un espace de 32 000 pieds carrés jusqu’en mars 2021. Le loyer de base s’élève à 60 330 $.

HBC sous-loue aujourd’hui l’espace à Meubles RD, mais ne verse pas au propriétaire des lieux le loyer perçu, selon le vaste centre commercial de Boucherville. Les paiements ont cessé le 1er avril. Les arriérés atteignaient 490 000 $ en septembre.

Dans une lettre transmise au Carrefour de la Rive-Sud en mai, un haut dirigeant de HBC rappelle que la pandémie mondiale a créé un environnement sans précédent pour le secteur de la vente au détail. « En raison de cette situation extrêmement urgente et imprévue, HBC n’a pas versé le loyer d’avril et n’a pas l’intention d’effectuer de futurs paiements de loyers jusqu’à nouvel ordre. »

« En tant que partenaire commercial, nous sommes impatients de coopérer et de collaborer avec vous pour parvenir à un accord mutuel satisfaisant comprenant une réduction et/ou un report des paiements de loyer, comme proposé par d’autres propriétaires », ajoute le représentant de HBC.

HBC « en difficultés financières » ?

Du côté de Place Rosemère, ce sont près de 600 000 $ que les propriétaires tentent de récupérer auprès de HBC, son locataire depuis 1988.

Dans sa poursuite, le centre commercial dit craindre de ne jamais voir la couleur de l’argent qui lui est dû « même si un jugement définitif devait être rendu » en sa faveur.

« Compte tenu des difficultés financières du locataire et de son apparent défaut généralisé de payer son loyer dans la plupart de ses magasins canadiens, le locateur craint à juste titre que, sans jugement ordonnant le paiement des arriérés et du loyer à l’avenir, les montants dus […] ne pourront jamais être obtenus. »

Les avocats qui signent le recours chez Fasken Martineau DuMoulin n’ont pas répondu aux messages de La Presse. Il n’a donc pas été possible de connaître l’origine de cette allégation concernant de possibles « difficultés financières » chez HBC.

Invitée à commenter cette prétention de Place Rosemère, la porte-parole de HBC Tiffany Bourré nous a écrit que l’entreprise « a amplement de liquidités » et qu’elle s’affaire à « réduire ses coûts ».

Le centre commercial déplore par ailleurs que le détaillant « allègue à tort une violation non fondée, injustifiée et gravement préjudiciable du bail sur la base de sa nouvelle interprétation de celui-ci ». Ce type d’argument a été utilisé précédemment par HBC pour se défendre.

> (Re)lisez notre reportage sur le point de vue de La Baie

Place Rosemère appartient à une société de portefeuille en Ontario détenue par la caisse de retraite des employés d’Hydro-Québec, Healthcare of Ontario Pension Plan (HOOPP) et Roytor & Co. (régime de retraite des employés de GM).

Carrefour Boisbriand

Au Carrefour Boisbriand, la somme réclamée s’élevait en septembre à 532 000 $ (environ 65 000 $ par mois de loyer de base). Le local est actuellement utilisé par une boutique éphémère MEL MAT, qui se décrit comme une « compagnie d’importation et de distribution de vêtements pour hommes, femmes et enfants de tous âges basée à Montréal ».

Le bail de 15 ans signé par la plus vieille entreprise d’Amérique du Nord pour son enseigne Déco Découverte se terminera le 31 juillet 2021.

Rappelons que le 21 novembre, la Cour supérieure du Québec a ordonné à HBC de payer son loyer futur dans six centres commerciaux (Galeries de la Capitale, Promenades Gatineau, Centre Rockland, Centre Laval, Mail Champlain et Jardins Dorval). HBC proposait d’en payer la moitié.

> (Re)lisez notre texte sur la victoire des centres commerciaux

Ces six centres commerciaux tentent aussi de se faire payer les loyers dus depuis le 1er avril.

Le Carrefour Angrignon poursuit aussi La Baie d’Hudson pour la même raison. D’autres recours ont été déposés ailleurs au pays.

> (Re)lisez notre reportage au sujet de la poursuite intentée par Oxford

> (Re)lisez notre reportage au sujet de la poursuite de Cominar

– Avec la collaboration de Louis-Samuel Perron, La Presse