(Washington) La confiance des consommateurs américains est tombée en janvier à son plus bas niveau depuis novembre 2011, se dégradant plus qu’attendu à cause du variant Omicron, selon l’estimation finale de l’enquête de l’Université du Michigan publiée vendredi.

Publié le 28 janvier
Agence France-Presse

L’indice mesurant cette confiance s’établit à 67,2 points, reculant encore par rapport aux 68,8 points de l’estimation préliminaire publiée mi-janvier, et contre 70,6 points en décembre (-4,8 %). C’est aussi moins qu’attendu par les analystes, qui le voyaient stable par rapport à l’estimation préliminaire.

Richard Curtin, l’économiste en charge de cette enquête très suivie des marchés, explique que les chiffres de janvier confirment la tendance à la baisse observée ces neuf derniers mois, au cours desquels la confiance des consommateurs a chuté de près de 24 %.

« Les variants Delta et Omicron sont en grande partie responsables, mais d’autres facteurs, dont certains sont des conséquences de la COVID-19, agissent désormais comme des forces indépendantes façonnant la confiance des consommateurs », note M. Curtin.

L’économiste évoque la hausse généralisée des prix à la consommation ainsi que la volatilité du marché boursier comme motifs de crainte pour les ménages américains.

Il souligne également que la confiance dans les mesures économiques du gouvernement est au plus bas depuis 2014 et que les tensions géopolitiques, notamment avec la Russie, ne sont pas de nature à les rassurer.

« Bien que leur inquiétude principale soit l’accélération de l’inflation et la chute du salaire réel (qui tient compte de la hausse des prix, NDLR), les consommateurs pourraient mal interpréter la volonté de la Fed de ralentir l’économie en pensant que cela fait partie du problème plutôt que de la solution », explique M. Curtin.

Le président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, a évoqué mercredi un relèvement des taux directeurs de l’institution dès le mois de mars, censé contenir le rythme effréné de l’inflation aux États-Unis. Les analystes envisagent plus de trois hausses en 2022.

Selon l’indice PCE du département du Commerce, privilégié par la Fed, l’inflation a atteint 3,9 % en 2021, la plus forte hausse en plus de deux décennies.

Selon l’enquête de l’université du Michigan, les consommateurs s’attendent à ce qu’elle soit de 4,9 % pour l’année à venir.