Tuyaux qui fuient, électricité qui flanche, ascenseur en panne, trous dans les murs, moisissures, fenêtres qui ferment mal… Les locataires du HLM Jardins Châteauneuf, situé à Anjou, en avaient long à dire mercredi sur les problèmes de leur immeuble, qui a reçu la cote E (très mauvais) en raison de sa vétusté.

Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

C’est pourquoi ils participent à une campagne pour demander à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, d’investir 2,2 milliards, rien de moins, pour rénover les 655 HLM du Québec cotés D et E, où vivent 25 000 ménages.

La ministre pourrait tirer une partie de cette somme de l’entente sur le logement signée l’année dernière avec Ottawa, affirme Robert Pilon, coordonnateur de la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ).

« Cette entente de 1,8 milliard avec le gouvernement fédéral permet notamment d’allouer 1,1 milliard à la rénovation du parc de logement social, à la condition que le gouvernement du Québec investisse également le même montant », a fait valoir M. Pilon lors d’un point de presse organisé aux Jardins Châteauneuf.

Il craint cependant que ces fonds soient utilisés à d’autres fins que pour la remise en état des HLM.

Loin du compte

Il rappelle que la ministre Laforest a annoncé, en mai dernier, une somme de 100 millions sur 3 ans pour remettre en état une dizaine de HLM de Montréal où des logements sont barricadés en raison de leur délabrement. « Mais on est encore loin du compte », laisse-t-il tomber.

M. Pilon donne trois exemples : il faudrait 4,6 millions pour remettre en état les Jardins Châteauneuf, à Anjou, 11,3 millions pour le 5630, boulevard LaSalle, à Verdun, et 7,4 millions pour le 6191, de Marseille, dans Hochelaga-Maisonneuve.

Ces trois immeubles affichent d’ailleurs sur leurs balcons des banderoles où l’on peut lire « SVP rénovez nos HLM ! » et « Mon HLM est coté E », des messages que les locataires adressent à la ministre Andrée Laforest.

« Chaque mois, on a des dégâts d’eau et des problèmes électriques, on commence à avoir de la vermine », déplore Francine Dagenais, secrétaire de l’association des locataires des Jardins Châteauneuf. « C’est un HLM pour personnes âgées ici, on a besoin d’un ascenseur qui fonctionne. »

Une majorité de cotes E

À l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), qui gère les HLM en question, on estime avoir besoin d’« un minimum de 150 millions de dollars par année sur une période de 20 ans afin de ramener les immeubles à des niveaux plus acceptables », indique le directeur des communications, Mathieu Vachon.

Combien l’organisme reçoit-il ? Le financement a atteint 76,7 millions en 2021, 58,1 millions en 2020 et 93,9 millions en 2019.

Parmi les 838 immeubles de l’OMHM, 479 sont cotés E, 205 sont cotés D et 154 sont cotés A, B ou C.

Du côté de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, on se défend bien de laisser des logements sociaux à l’abandon.

« Depuis 2018, plus de la moitié des HLM qui étaient dans un état coté “E” ou “D” ont été rénovés. On parle d’un investissement d’environ 1 milliard », souligne l’attachée de presse de la ministre, Bénédicte Trottier-Lavoie, notant que le gouvernement allouait 300 millions par année à la rénovation de ces immeubles.

Grâce aux 100 millions annoncés en mai dernier par Mme Laforest pour la rénovation de 517 logements dans des HLM, des travaux ont déjà été entamés, précise Mme Trottier-Lavoie.

« Nous sommes conscients de l’importance des travaux et des besoins concrets sur le terrain. C’est pourquoi nous aurons d’autres annonces en ce sens prochainement », ajoute-t-elle.