En raison de la baisse de la circulation automobile, le nombre de collisions avec morts ou blessés est en chute libre à Montréal depuis le début de la pandémie de la COVID-19.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Mais le déconfinement naissant, et le retour anticipé d’une circulation plus lourde qui viendra inévitablement avec lui, préoccupent le SPVM qui assurera une plus grande surveillance des rues de la métropole dans les prochaines semaines.

« Ça roule plus vite et ça ne respecte pas le Code de la sécurité routière actuellement à Montréal. La sécurité routière commence à être un enjeu. C’est confirmé par nos policiers sur le terrain. On a toujours été en désaccord avec la répression si c’est pour remplir les coffres de la Ville. Mais pour assurer la sécurité des citoyens, oui. Cela fait partie du mandat de nos policiers », a récemment déclaré à La Presse le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francoeur.

Vérification faite; le nombre de collisions, quelles qu’elles soient, avec décès ou blessés, a diminué de façon draconienne entre mars et mai à Montréal, comparativement avec la même période l’an dernier.

Mais l’un n’empêche pas l’autre. Le SPVM admet un certain « relâchement » de ses policiers envers la sécurité routière depuis le début de la pandémie « parce qu’on était tous mobilisés autour d’une même cause », précise l’inspecteur André Durocher.

« Cela étant dit, nonobstant ce relâchement, on regardait tout de même nos statistiques et ce n’était pas des choses qui étaient en hausse. Mais est-ce qu’il y avait certains comportements ? Évidemment. S’il n’y a pas de circulation en ville, c’est plus facile de rouler plus vite », ajoute-t-il.

« En aucun temps, il n’y a eu de danger comme tel mais on est conscients qu’avec le déconfinement et le retour du beau temps, il y aura plus de circulation. Cela nous préoccupe et effectivement, il faut donner un coup de barre. La sécurité routière doit se faire, et il ne faut pas que les gens commencent à rouler en fou », affirme l’inspecteur Durocher.

Permis de conduire rebutant

L’un des défis sera toutefois de s’assurer que les patrouilleurs qui recommenceront à surveiller les automobilistes puissent les intercepter sans courir de risque d’être contaminés par la COVID-19. Le SPVM se penche actuellement sur des procédures sécuritaires qui seront mises en place.

« Il ne faut pas se le cacher, au début, avant que les choses soient claires, il y a des policiers qui ont peut-être été hésitants et qui se sont demandé, s’ils approchaient un conducteur, s’ils risquaient d’attraper la COVID-19 s’ils prenaient le permis de conduire. Je sais que des policiers demandaient au conducteur de montrer ses papiers et copiaient l’information. Donc on travaille sur différentes procédures d’interception visant à diminuer les risques de contamination. Le déconfinement commence, le beau temps revient, c’est important d’être présent et la sécurité routière fait partie de notre travail, pandémie ou pas », explique l’inspecteur Durocher.

Les prochaines opérations de surveillance sur les artères de Montréal se feront à deux niveaux, par les policiers spécialisés de la centrale de la sécurité routière du SPVM et localement, par les patrouilleurs des différents postes de quartier, en fonction des endroits plus problématiques.

Selon l’inspecteur Durocher, de l’éducation et des campagnes de sensibilisation seront faites auprès des policiers et de la population. L’accent sera mis dans les quartiers où il y a beaucoup de piétons et où l’on retrouvera une cohabitation entre voitures, vélos et piétons, et qui risque d’être encore plus prononcée cet été.

« On a vu des reportages. Il se vend beaucoup de vélos, alors des cyclistes, il va y en avoir beaucoup cet été. Il y a également une nouvelle réalité à Montréal : des corridors sécuritaires, des rues hybrides, et ce sera donc un défi pour nous de gérer, de façon sécuritaire, cette cohabitation nouvelle », conclut le porte-parole du SPVM qui en profite pour demander aux automobilistes de réduire leur vitesse lorsqu’ils entrent à Montréal et y roulent.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l’adresse courriel de La Presse.

Collisions constatées sur le territoire de l’île de Montréal

Période du 15 mars au 15 mai

2019

• Collisions mortelles avec piéton : 5
• Collisions avec blessé grave : 12
• Collisions avec blessé léger : 175
• Toutes collisions mortelles confondues, autos, vélos, piétons : 5
• Toutes collisions avec blessé grave confondues : 16
• Toutes collisions avec blessé léger confondues : 697

2020

• Collisions mortelles avec piéton : 0
• Collisions avec blessé grave : 2
• Collisions avec blessé léger : 30
• Toutes collisions mortelles confondues, autos, vélos, piétons : 0
• Toutes collisions avec blessé grave confondues : 8
• Toutes collisions avec blessé léger confondues : 166

Source : SPVM