Doit-on réserver un terrain d’environ 800 000 pieds carrés au bassin Peel pour la construction d’un stade de baseball professionnel ?

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

Avant de prendre une décision finale, la Ville de Montréal devrait faire une deuxième consultation portant uniquement sur le projet d’un stade de baseball au bassin Peel, a conclu l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) dans un rapport à la Ville de Montréal rendu public lundi.

Selon l’OCPM, la Ville de Montréal en sait trop peu actuellement sur le projet de stade de baseball du groupe de l’homme d’affaires montréalais Stephen Bronfman pour décider s’il faut réserver un important terrain du bassin Peel. Ce projet, que l’Office qualifie de « très controversé », devrait être analysé « sur la base d’un projet plus développé. »

D’après l’OCPM, il « serait irresponsable de statuer sur ce projet sur la base des informations parcellaires dont elle dispose. Il s’agit d’un projet d’équipement majeur pour la Ville de Montréal dont la taille et l’ampleur requièrent qu’on en mesure les impacts sous divers aspects. Aucun plan, de même qu’aucune étude en mesurant les impacts économiques, sociaux et environnementaux n’ont été portés à la connaissance de la commission. Il en est de même pour une évaluation des conséquences de sa mise en activité sur les installations sportives et culturelles déjà présentes à proximité, comme le Quartier des spectacles au centre-ville ou l’Espace 67 sur l’île Sainte-Hélène », écrivent les trois commissaires de l’OCPM dans leur rapport.

L’Office estime que le projet de stade de baseball au bassin Peel est « très controversé ». Selon le questionnaire en ligne de la consultation publique, 51,2 % des répondants sont contre ce projet.

Si la Ville de Montréal faisait une consultation spécifique sur le projet de stade de baseball, ce ne serait pas une première : elle a procédé de cette façon pour l’agrandissement du centre de tennis au parc Jarry (2003) et du stade de football Percival-Molson (2006) à l’Université McGill, ainsi que pour un complexe municipal de soccer (2012).

Pas de nouveau stade, pas d’équipe de baseball

Le groupe mené par Stephen Bronfman qui travaille pour le retour d’une équipe de baseball majeur à Montréal a identifié un terrain de 800 000 pieds carrés au bassin Peel pour construire un stade de baseball qui accueillerait une équipe à temps partagé avec Tampa Bay. Pour le baseball majeur, le retour d’une équipe à Montréal passe obligatoirement par la construction d’un stade au centre-ville.

Le terrain que convoite le groupe de M. Bronfman au bassin Peel appartient au gouvernement fédéral (Société immobilière du Canada), mais la Ville de Montréal a en quelque sorte un « droit de veto » sur le projet sur ce terrain. La Ville a inscrit un droit de premier refus sur le terrain en cas de vente (un droit de préemption) et peut ainsi bloquer la vente du terrain en l’achetant. Montréal et Ottawa doivent donc s’entendre au sujet de l’avenir de ce terrain.

C’est dans ce contexte que la Ville a organisé une consultation publique menée par l’OCPM pour sonder les Montréalais sur les façons de développer le quartier du bassin Peel (le quartier Bridge-Bonaventure).

L’administration Plante devrait normalement réagir ce lundi au rapport de l’Office de consultation publique de Montréal.

Un développement immobilier « à échelle humaine »

Si l’OCPM n’a pas fait de recommandation sur la construction d’un stade de baseball au bassin Peel, l’organisme fait toutefois une recommandation importante à la Ville : le développement résidentiel du secteur du bassin Peel devra être à « échelle humaine » et ne pas seulement comprendre des tours résidentielles de 30 étages. Il devra aussi comprendre des cibles de logement social, abordable et familial, selon l’OCPM.

Deux visions s’affrontaient lors des consultations publiques tenues en octobre dernier. D’un côté, des promoteurs immobiliers suggéraient un développement résidentiel à forte densité et de hauteur élevée (de 15 à 36 étages), un peu comme dans le quartier voisin de Griffintown. De l’autre côté, plusieurs intervenants suggéraient un développement résidentiel « à échelle humaine », avec des immeubles résidentiels entre deux et huit étages, en plus d’avoir des cibles de logements sociaux et familiaux.

Dans son rapport, l’OCPM recommande un développement résidentiel « à forte densité, mais à échelle humaine ». Qu’est-ce que ça signifie exactement ? L’Office ne précise pas s’il exclurait les immeubles de 15 à 36 étages en développement résidentiel. Il recommande aussi de créer une zone tampon à 200 mètres de rayon de l’autoroute Bonaventure où il n’y aurait pas de développement résidentiel pour des raisons de santé publique.

Le rapport de l’OCPM est consultatif, et ce sont les élus de la Ville de Montréal qui auront le dernier mot dans ce dossier.

En plus du stade de baseball, M. Bronfman veut faire un développement immobilier autour du stade. Si la Ville autorise seulement des immeubles de huit étages, le secteur sera alors moins attrayant pour les promoteurs immobiliers.

Lors de son passage devant l’Office de consultation publique de Montréal, en octobre dernier, Stephen Bronfman a indiqué vouloir faire un projet de stade de baseball avec une préoccupation pour l’environnement, notamment en favorisant le transport en commun et l’arrivée d’un pôle d’entreprises de technologies vertes dans le quartier.

La construction d’un stade du baseball majeur demande environ 440 000 pieds carrés, a alors expliqué M. Bronfman. Une bonne partie du reste du terrain du gouvernement fédéral (environ 345 000 pieds carrés) pourrait ainsi servir à un développement immobilier de Claridge (la société de M. Bronfman) et Devimco, un autre promoteur immobilier allié à Claridge dans ce dossier.

— Avec la collaboration d’André Dubuc, La Presse