Les changements climatiques chamboulant les hivers québécois, la Ville de Montréal appelle les scientifiques en renfort. L’administration de la mairesse Valérie Plante entend s’inspirer d’une quarantaine de chercheurs universitaires pour résoudre des enjeux de déneigement.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

À la veille de la journée SÉRI Montréal « hiver », prévue ce mercredi, la Ville de Montréal a annoncé vouloir cibler les meilleurs abrasifs écologiques, des méthodes pour faciliter le déglaçage des trottoirs et améliorer les opérations de déneigement. L’impact de l’hiver sur la qualité de l’air sera aussi dans la mire des élus de Projet Montréal, le tout dans un contexte de changement climatique.

SÉRI (pour Synergie, Émergente, Recherche et Industrie) a été créée en 2016 avec l’objectif de se pencher sur des enjeux urbains avec des chercheurs et entreprises. À la Ville de Montréal, on explique qu’il y a une ouverture pour de nouvelles façons de procéder. De nouvelles méthodes en matière d’hiver.

« Avec les périodes de redoux, la neige, ça amène des défis importants pour la Ville de Montréal, a expliqué François Croteau, l’élu responsable de l’innovation. Ce qu’on veut faire, c’est réfléchir collectivement à améliorer, à changer nos méthodes. Il y a le chargement de la neige, oui, mais également nos infrastructures de loisirs, nos patinoires. »

Une quinzaine de défis seront soumis aux chercheurs durant l’activité publique qui se déroulera à la Maison des Régions, rue Saint-Jacques, à l’angle de la rue McGill. Le gel et le dégel seront à l’avant-plan. Trottoirs chauffants, jus de betterave, marquages au sol plus résistants : rien n’est exclu.

« L’objectif de demain est de lancer des défis aux chercheurs. On veut que les chercheurs apportent des solutions. Aujourd’hui, je ne peux vous dire ce qu’on attend. On veut se baser sur des faits. Et si on veut ramener la confiance du public, les faits, les recherches scientifiques vont nous permettre d’avancer. »